Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Bach rappelle Tokyo à ses devoirs

Pendant que le plan 2020 du Comité olympique international (CIO) appelle à des économies en utilisant des installations déjà existantes, son président Thomas Bach insiste pour que Tokyo respecte à la lettre ses engagements en prévision des Jeux d'été de 2020.

Bach a exprimé, mardi, sa volonté mardi de travailler de concert avec les dirigeants de Tokyo afin de réduire « de manière significative » les coûts des Jeux d'été de 2020, mais a rappelé que les efforts devaient être concentrés sur le maintien du plan initial de construction des installations.

Bach est arrivé au Japon au moment où des tensions grandissantes opposent les organisateurs des Jeux olympiques et le nouveau gouverneur de Tokyo Yuriko Koike, qui aimerait réduire les coûts pour son administration.

Un rapport préliminaire émanant d'un comité d'experts municipaux déposé le mois dernier proposait de déplacer trois disciplines supposées être présentées dans des installations neuves vers des existantes, dont l'aviron vers un site situé à des centaines de kilomètres de la capitale.

Respect du contrat à tout prix?

Le président du CIO a rappelé au gouverneur que Tokyo devait respecter les engagements pris lors de l'obtention des JO il y a trois ans.

« Je crois qu'il est dans le meilleur intérêt du Japon, de Tokyo et du CIO de ne pas modifier les règles du contrat après l'élection, a déclaré Bach. Ceci étant dit, en respectant ces principes, nous pouvons bien sûr jeter un oeil dans le budget de Tokyo 2020 et évaluer les coûts. Nous pouvons analyser ensemble la meilleure façon d'y parvenir. »

Bach a proposé que des discussions à quatre impliquant le CIO, les organisateurs des Jeux de Tokyo, le gouvernement municipal et le gouvernement central japonais aient lieu afin de réduire les coûts excédentaires, et ce dès novembre après que Tokyo eut déposé son rapport final.

Bach n'a pas discuté de propositions spécifiques, ajoutant qu'il avait entendu parler de certaines d'entre elles uniquement par l'entremise des membres des médias.

« Le gouvernement métropolitain de Tokyo complétera son étude interne, puis nous discuterons de cela avec les autres partenaires... et ensuite je suis confiant que nous verrons une baisse drastique des coûts de construction par rapport aux chiffres qui ont circulé dans les médias », a commenté Bach pendant un entretien télévisé de 40 minutes avec Koike.

Le rapport préliminaire du comité tokyoïte rapportait que les coûts d'organisation des JO excéderaient 30 milliards $ -- quatre fois l'estimé initial --, à moins que des coupures drastiques soient faites.

Le document analyse essentiellement la rentabilité de chaque installation sportive et les retombées économiques qui pourraient contribuer à la reconstruction du secteur ébranlé par le tsunami de 2011 ainsi que le désastre nucléaire de Fukushima.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.