DIVERTISSEMENT
17/10/2016 05:29 EDT | Actualisé 17/10/2016 05:35 EDT

«Tout le monde en parle»: quelques moments croustillants

Les opinions de José Bové, la mise au point de Guy Jodoin, le courage de Mélanie Lemay et Ariane Litalien, l’humour du «gentleman trappeur» Ricardo…

Les opinions de José Bové, la mise au point de Guy Jodoin, le courage de Mélanie Lemay et Ariane Litalien, l’humour du «gentleman trappeur» Ricardo… Voici quelques moments croustillants qui ont retenu notre attention à Tout le monde en parle cette semaine.

«La voix»… de Guy

Il n’y a pas que la voix des tout-petits, à TVA, qui a fait jaser, dimanche soir. La voix de Guy A.Lepage en a elle aussi surpris plus d’un. C’est en effet d’un timbre éraillé qu’on ne lui connaissait pas que l’animateur a introduit son fou du roi. «Comme un téléphone Samsung, il lui arrive d’exploser», a blagué Guy A.Lepage à propos de Dany Turcotte. «Salut Guy, t’as une belle voix à la Barry White!», a riposté le principal intéressé. «Je ne sais pas ce que j’ai, je me suis fait greffer une voix grave», a indiqué celui qui a souvent prêté ses cordes vocales au personnage de Madame Brossard. «Ça te va bien, c’est sexy!», l’a taquiné Dany Turcotte.

LIRE AUSSI:

» Ce que Jérémy Gabriel a dit à TLMEP

12 ans de Petite séduction

Dany Turcotte a profité de sa tribune hebdomadaire pour annoncer que son émission estivale La petite séduction sera de retour pour une 12e saison à Radio-Canada en 2017. Depuis 2006, l’équipe de La petite séduction a visité 218 localités à travers le Canada francophone. Les municipalités qui souhaitent recevoir Dany Turcotte et ses invités dans la prochaine année peuvent s’inscrire dès maintenant ici.

Justin Trudeau, un «chantre du libre-échange»?

Les démêlés du député européen José Bové à la frontière canadienne ont été le prétexte pour emmener l’activiste sur le plateau de Tout le monde en parle. Venu chez nous pour protester contre l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, José Bové, à ce sujet, a décoché quelques flèches au premier ministre Justin Trudeau, en le qualifiant notamment de «chantre du libre-échange», un concept que ce dernier «essaie de vendre comme quelque chose de merveilleux pour le Canada». Bien que sympathique, Trudeau aurait «anesthésié» les Canadiens, a martelé Bové, soutenant que l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne causerait des dégâts considérables dans le domaine de l’emploi, entre autres.

Galerie photo «Tout le monde en parle» - 16 octobre 2016 Voyez les images

Anti McDo

José Bové, qui a déjà «démonté» un établissement McDonald’s pour militer en faveur de la protection des bovins, «avec des tournevis», a-t-il précisé, y est par ailleurs allé d’un charge à fond de train contre le géant de la restauration rapide, affirmant n’avoir jamais goûté à la nourriture de la chaîne aux deux arcs jaunes et blâmant celle-ci de contribuer à l’augmentation des cas d’obésité dans le monde. Il attribue la popularité de McDonald’s aux moyens modestes de plusieurs familles et déplore qu’aujourd’hui, un milliard de gens souffrent de la famine sur la planète, mais deux milliards sont affectés par l’obésité.

Joie d’être gai (ou pas)

Pour l’une des premières fois, Guy Jodoin est revenu sur les rumeurs d’homosexualité qui ont couru à son sujet en 2013. Se disant présentement «grandement amoureux», l’acteur et animateur a raconté comment le bruit a fait boule de neige à l’époque : de discussions sur des chaises de maquillage à Radio-Canada, la fausse information a traversé la rue, jusqu’aux chaises de maquillage de TVA, et s’est rendue aux oreilles de l’agente de Guy, et ç’a créé «un petit feu», a illustré Guy Jodoin, sourire en coin aux lèvres. Celui-ci s’en est ensuite fait parler directement par un caméraman de TVA, puis par des gens du public. «C’est fou ce que ça peut faire (…). Ça te suit, tout le monde t’en parle», a noté l’artiste. «Imagine quand c’est vrai!», l’a coupé Dany Turcotte. Il aura fallu un an à Jodoin pour se moquer de «l’incident» dans une publicité de Super C. Sa copine actuelle, qui ne travaille pas dans le milieu artistique, fuit les projecteurs, et l’homme se fait un devoir de demeurer discret sur sa vie privée dans les médias. «C’est un métier qui te bouffe», a-t-il plaidé pour justifier son attitude réservée.

Nouveauté de TVA

Guy Jodoin a donné une primeur à ses amis Guy A.Lepage et Dany Turcotte en annonçant à leur table qu’il pilotera bientôt le rendez-vous spécial Les Fantastix – La magie des stars, à TVA, une émission spéciale, une «grosse production», a-t-il signalé, à laquelle participera notamment Joël Legendre. «Ça, c’est original», a badiné Guy A., avant d’en lancer une un peu plus baveuse : «Joël Legendre aime ça, faire apparaître des affaires!». Guy Jodoin avait apporté une carte semblable à celles que remet Dany Turcotte à Tout le monde en parle et a invité les deux acolytes à prendre part à un tournage du Tricheur, son jeu à TVA.

La tête haute

Bon choix de chanson que La tête haute des Cowboys Fringants pour accueillir Mélanie Lemay et Ariane Litalien, unies en croisade contre la violence sexuelle. Ayant toutes deux été victimes d’agressions, les jeunes femmes aspirent à sensibiliser la population aux assauts vécus par tant de leurs semblables, elles qui se sont heurtées à beaucoup de préjugés et de la méchanceté lorsqu’elles ont dénoncé leur bourreau. Elles ont insisté sur la notion de consentement, mal comprise et négligée («Tant qu’il n’y a pas de oui enthousiaste (…) On peut enlever le consentement à n’importe quel moment. Ce n’est pas vrai que si la personne n’a pas dit non, ça ne peut pas être une agression sexuelle. On ne comprend pas bien qu’il ne faut pas blâmer les victimes», a argué Ariane Litalien), et déploré le mode «réactif» plutôt que «préventif» du gouvernement, qui attend que les drames se produisent avant d’agir, comme ce fut le cas récemment dans les affaires d’initiations dans les universités.

«On vit dans une société où c’est banalisé, l’absence de consentement, la violence envers les femmes, blâmer les victimes. Ce n’est pas un contexte social où on se sent à l’aise d’aller en parler», a exposé Ariane Litalien. «C’est une société qui, inconsciemment, va créer et protéger les agresseurs. Quand on regarde le système de justice (…), les femmes à travers des cauchemars, ça ne donne pas le goût de passer à travers [ce processus]. Ce temps-là, tu préfères le mettre dans ta guérison qu’à aller accuser quelqu’un (…) C’est ta crédibilité qui est mise au banc des accusés, et non l’inverse», a enchaîné Mélanie Lemay.

Gentleman Trappeur

Difficile de converser avec Ricardo, par les temps qui courent, sans lui parler du fameux reportage du magazine Elle France du mois dernier, où on le présentait comme un «ambassadeur de la Nouvelle-France» et un «gentleman trappeur», dans un article bourré d’images préconçues. «Je pense qu’il a mélangé des histoires volontairement et involontairement», a analysé Ricardo, qui estime néanmoins que le Québec est sorti grandi de la publication de ce papier qui a tellement circulé, puisqu’une pléiade de restaurants de chez nous y étaient encensés.

Contre les gras trans

Les 15 ans du magazine Ricardo ont été l’occasion, pour Guy A.Lepage, d’asperger son pote Dany Turcotte de confettis, comme il le fait depuis le début de la présente saison. Sautant du coq à l’âne, l’hôte de Tout le monde en parle a questionné Ricardo sur la manière dont il envisage les mesures que le gouvernement fédéral implantera bientôt contre les gras trans. «C’est sûr que c’est une très, très bonne chose. On ne peut pas être pour ça, ça tue du monde. La qualité de la nourriture, c’est une préoccupation constante de tout le monde. (…)», a commenté Ricardo, en dénonçant au passage l’abolition, dans les écoles, des cours d’économie familiale «dans des cuisines équipées».

Rencontre inoubliable

On fait toutes sortes de rencontres au forum C2 Montréal. Lors de la dernière édition, au printemps, Ricardo y a croisé son idole de toujours, «l’ex-prisonnière», a crâné Guy A.Lepage, Martha Stewart. Le cuistot préféré des Québécois a défendu les actions de cette dernière, certain que le traitement qu’on lui a alloué aurait été moins sévère si elle avait été un homme. Au-delà des démêlés judiciaires, il a dit avoir été conquis par la dame Stewart. «J’avais peur d’être déçu. J’avais entendu dire que c’était un tyran. J’ai rencontré une femme absolument charmante, délicate, gentille, très connaissante. C’est vraiment elle qui, probablement, m’a le plus influencé, et a influencé l’univers mondial de la façon dont la cuisine, à la télé, dans les magazines, dans les chefs, se fait maintenant. On lui doit beaucoup, à cette femme-là.» Ricardo s’est servi de ce tête-à-tête pour promouvoir son matériel, ses accessoires de cuisine, ses magazines, etc. «T’as pas idée, le truck de stock que je lui ai envoyé!»

Mariages forcés

Première réalisatrice du Yémen, Khadija al-Salami a été mariée de force à 11 ans, puis a divorcé. Dans son film, Moi Nojoom, 10 ans, divorcée (première œuvre soumise par le Yémen en pré-sélection aux Oscars), la cinéaste dépeint un récit semblable au sien. «Son histoire, c’est la mienne également», a relevé la cinéaste. C’est qu’au Yémen, une jeune fille sur trois est mariée avant l’âge de 18 ans ; la mère de Khadija al-Salami a elle-même été contrainte d’épouser un homme à 8 ans. Khadija al-Salami blâme le manque d’éducation de son peuple pour expliquer cette coutume, perçue ici comme une aberration.

Jérémy se fait entendre

L’entrevue de Jérémy Gabriel était probablement le segment le plus attendu de Tout le monde en parle, dimanche. Le jeune adulte s’est exprimé avec aplomb et détermination. Voyez notre compte-rendu de ses propos ici.