NOUVELLES
17/10/2016 09:39 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

Sénégal: nouvel ajournement "pour "raisons de sécurité" du procès d'un détracteur des confréries musulmanes

Le procès d'un chef religieux sénégalais, poursuivi pour avoir critiqué les puissantes confréries musulmanes du pays, a été une nouvelle fois ajourné lundi, cette fois "pour des raisons de sécurité", après des menaces physiques proférées contre lui au tribunal.

L'affaire Cheikh Mbacké Sakho, 43 ans, poursuivi pour "injures" contre la religion, est "renvoyée au (mercredi) 19 octobre", a déclaré la présidente, Sylvie Kouédou Sarr, au palais de justice de Dakar. Des fidèles de la confrérie mouride assistaient à l'audience, qui n'a duré que quelques minutes, dans une ambiance tendue.

Le renvoi est dû à des "raisons de sécurité", a expliqué à l'AFP Me Serigne Diongue, avocat des parties civiles, dont les propos ont été confirmés par Me Ousmane Thiam, conseil du prévenu.

M. Sakho, présent à la barre au début de l'audience, n'est pas revenu dans la salle après la suspension des débats, a constaté un journaliste de l'AFP. "C'est parce que sa sécurité n'est pas assurée", a indiqué un de ses proches.

Lors de cette suspension, des fidèles mourides ont suivi le prévenu, lui adressant des menaces,= avant que les gendarmes ne le fassent entrer dans le poste de sécurité, tandis que d'autres fidèles les dissuadaient de s'en prendre à lui, a constaté le journaliste de l'AFP.

Le procès, qui s'est ouvert le 11 octobre, avait été une première fois renvoyé, une association religieuse s'étant constituée partie civile, après les poursuites initiales engagées par le parquet.

Cheikh Mbacké Sakho avait accusé les marabouts sénégalais de faire du "business" avec la religion et de "tromper" les fidèles, dans une vidéo diffusée sur internet.

Il visait surtout les chefs religieux mourides, les accusant de s'être détournés de la voie du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba, dans la même vidéo.

Il avait ensuite présenté ses excuses dans une autre vidéo, sous la contrainte de fidèles mourides dont certains, selon les médias, voulaient le lyncher.

Le Sénégal, réputé pour sa tolérance religieuse, est peuplé à plus de 90 % de musulmans appartenant pour la plupart à diverses confréries, très influentes dans la vie politique et sociale.

En janvier 2016, une caricature publiée par Jeune Afrique avec une photo de Cheikh Bamba avait suscité une vague de protestations dans ce pays, poussant l'hebdomadaire français à supprimer de son site internet le dessin et le texte qu'il illustrait.

mrb/sst/jlb