NOUVELLES
17/10/2016 07:48 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

Quatre plaintes pour des agressions sexuelles à l'Université Laval

La police de Québec confirme que quatre étudiantes de l'Université Laval auraient été victimes d'actes à caractère sexuel, dans la nuit du 15 octobre. Au total, neuf plaintes ont été déposées pour des intrusions sans effraction dans les résidences.

Un ou des suspects se seraient introduits dans les chambres des étudiantes avant de commettre des gestes sur certaines d'entre elles. « Ça varie de l'attouchement à l'agression, mais on est en train encore de valider des choses », précise Pierre Poirier du Service de police de la Ville de Québec.

Les images des caméras de surveillance seront notamment étudiées par les enquêteurs.

La direction de l'Université Laval a condamné les gestes dans un communiqué. Une porte-parole a aussi confirmé que l'institution a resserré ses mesures de sécurité depuis les événements. Des agents de sécurité assurent la surveillance dans les résidences.

« En temps normal, il n'y a pas d'agent aux portes. Mais compte tenu du contexte, des agents sont postés aux entrées des résidences 24 h sur 24. S'il y a des améliorations à apporter, on va les apporter. On suit la situation d'heure en heure », a affirmé Andrée-Anne Stewart.

Les portes d'accès au pavillon Alphonse-Marie Parent sont toujours verrouillées la nuit entre 23 h et 6 h. Les résidents peuvent entrer à l'aide d'une clé.

Des étudiants interrogés lundi matin se disaient inquiets face à la sécurité de leurs résidences. « Il suffit qu'une personne dise qu'elle est dans la résidence, puis on lui ouvre, a déclaré un résident. On part du principe que les gens sont corrects », a affirmé l'un d'entre eux.

Plus de détails à venir