NOUVELLES
17/10/2016 11:01 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

Les pilotes de Kenya Airways lèvent leur préavis de grève pour mardi

Le syndicat des pilotes de Kenya Airways (KALPA), qui affirme avoir reçu des assurances du gouvernement sur l'avenir de la compagnie, a annoncé lundi soir avoir levé son préavis de grève pour mardi, dans un communiqué de presse.

"Nous avons reçu des assurances du gouvernement que des changements vont intervenir au niveau de la direction de Kenya Airways", écrit le syndicat de pilotes.

Pour autant, précise le syndicat, le mouvement de grève n'est pas annulé, il est simplement mis entre parenthèses.

Dans un communiqué distinct, la compagnie nationale kényane, un des acteurs majeurs du transport aérien en Afrique, affirme que tous les vols seront normalement assurés mardi.

Les pilotes s'étaient mis en grève en 2016 pour demander la démission de leurs dirigeants en qui ils ont perdu toute confiance, qu'il s'agisse de leur stratégie d'entreprise ou de leur probité.

La compagnie fait face à des difficultés financières nées de plusieurs années de choix stratégiques désastreux.

Et, si jeudi le ministre kényan des Transports James Macharia avait soutenu qu'une nouvelle grève des pilotes représenterait "un sabotage national", le gouvernement a engagé des discussions pour éviter un nouveau conflit social.

On ignorait lundi soir sur quels points gouvernement et pilotes étaient tombés d'accord.

Fin juillet, Kenya Airways a publié une perte nette de 26,22 milliards de shillings (230 millions d'euros) sur l'exercice annuel achevé le 31 mars 2016, soit la pire perte nette de l'histoire du pays.

La compagnie aérienne, engagée dans un vaste programme de restructuration, s'attend à une réduction de ses pertes pour les résultats semi-annuels qui seront publiés fin octobre.

Dimanche, la compagnie avait dû annuler cinq de ses vols continentaux en raison d'un mouvement social distinct mené par une partie du personnel de cabine, employés par un sous-traitant pour le compte de Kenya Airways. Les grévistes réclamaient un alignement de leurs conditions salariales sur celles de leurs collègues salariés de Kenya Airways.

str-fal/jpc