NOUVELLES
17/10/2016 14:57 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

Les Bears pensaient bien avoir trouvé la bonne voie, mais pas encore

LAKE FOREST, Ill. — Les Bears de Chicago pensaient avoir trouvé la solution à leurs ennuis, mais un revers de plus n'a fait qu'ajouter à leurs frustrations.

Offrant un rendement de 1-5 pour la première fois depuis 2004, les Bears se préparent à affronter les Packers à Green Bay, jeudi.

Ils auront encore en tête une amère défaite de 17-16 contre Jacksonville, subie dimanche.

Les Jaguars ont marqué tous leurs points au dernier quart, au grand désarroi des Bears et des 61 054 personnes au Soldier Field.

«Je ne sais pas pourquoi, mais nous avons des bouts où nous jouons assez bien pour gagner, et d'autres où nous n'avons aucune idée de ce que nous faisons,», a dit le garde Kyle Long.

«Nous avons ce qu'il faut pour rivaliser avec qui que ce soit, ajoute le secondeur Willie Young. C'est juste que nous devons mieux terminer les matches.»

En l'absence de Jay Cutler, blessé au pouce, Brian Hoyer a récolté 300 verges ou plus de passes dans quatre matches d'affilée. Dimanche, il a commencé à rejoindre Alshon Jeffery avec plus de constance.

Jeffery a obtenu 93 verges en sept attrapés, tandis que Cameron Meredith a capté des ballons pour plus de 112 verges dans un deuxième match de suite.

La défense a causé deux revirements mais une douzaine de minutes ont suffi aux Jags, qui ont effacé des retards de 0-13 et 7-16.

Lors du match précédent, les Bears menaient par quatre points avec quatre minutes au cadran, mais ce sont les Colts d'Indianapolis qui ont eu le dernier mot, 29-23.

«Quelques jeux nous ont échappé, mais nous faisons des progrès de semaine en semaine», a dit le secondeur Danny Trevathan.

L'entraîneur John Fox veut que sa troupe garde le moral et dans ce but, il rappelle qu'un lent départ n'est pas une condamnation à rater les éliminatoires.

«L'an passé, les Chiefs ont gagné un seul de leurs six premiers matches, mais ils ont quand même atteint les éliminatoires, a dit Fox. Ça reste possible, mais il ne faut pas déposer son épée.»