NOUVELLES
17/10/2016 01:19 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

Le Bangladesh accélère les procès d'islamistes

Le Bangladesh accélère les procès d'islamistes dans le cadre d'une campagne de répression contre l'extrémisme renforcée par l'attaque d'un café de Dacca début juillet, ont indiqué lundi des officiel.

"Nous essayons d'accélérer (la procédure dans) tous les dossiers liés à l'islamisme", a indiqué à l'AFP le procureur général du Bangladesh Mahbubey Alam.

Cette annonce survient au lendemain de la pendaison d'Asadul Islam, l'un des hauts responsables du groupe jihadiste Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB, interdit), pour un attentat à la bombe qui a tué deux juges, le 14 novembre 2005.

Les autorités accusent le JMB d'être également derrière l'attaque d'un café de Dacca le 1er juillet dernier, qui a fait 20 morts, principalement des étrangers, et sonné cette nation pauvre d'Asie du Sud.

En représailles, les forces de l'ordre ont depuis juillet abattu près de 40 islamistes présumés, dont Tamim Chowdhury, soupçonné d'être l'organisateur de l'attentat du café.

"Au moins 64" islamistes sont actuellement dans le couloir de la mort au Bangladesh, dans l'attente du jugement d'appel et donc concernés par l'accélération de la procédure, a indiqué le porte-parole de la police A.K.M Shahidur Rahman.

Mais pour les groupes de défense des droits de l'Homme, cette mesure est contre-productive en l'absence de preuve du caractère dissuasif de la peine de mort.

"Lorsque des attaques terroristes surviennent, les gouvernement se sentent souvent sous pression de montrer qu'ils agissent", a déclaré à l'AFP le directeur pour l'Asie du Sud de Human Rights Watch, Meenakshi Ganguly.

"Il faudrait plutôt une enquête minutieuse pour identifier et poursuivre les criminels preuves à l'appui", a-t-il ajouté.

Le JMB a été fondé à la fin des années 1990 et veut imposer la loi islamique au Bangladesh, pays à majorité musulmane mais laïc d'après sa Constitution.

Le groupe s'était fait connaître pour une vague de plus de 400 attaques à la bombe à travers le pays en août 2005.

sa/cc/amd/cr