NOUVELLES
17/10/2016 05:21 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

La chaîne russe RT affirme que ses comptes au Royaume-Uni vont être clôturés

La chaîne publique russe d'information internationale RT a annoncé lundi la prochaine fermeture de ses comptes bancaires au Royaume-Uni après une décision "définitive" de sa banque britannique.

La banque NatWest a averti RT que "tous (ses) comptes en banque seront annulés et clôturés le 12 décembre", selon une lettre datée du 12 octobre publiée sur le site internet de la chaîne pro-Kremlin diffusée en anglais, arabe et espagnol.

"Cette décision est définitive et nous ne sommes pas disposés à en discuter", indique le document de la banque.

"Ils ont clôturé tous nos comptes bancaires au Royaume-Uni. Tous nos comptes", a pour sa part réagi lundi la rédactrice en chef Margarita Simonian sur son compte Twitter. "Vive la liberté d'expression!", a-t-elle ensuite ajouté.

Contacté par l'AFP, un porte-parole de la rédaction de RT a dit ne pas avoir d'autres informations, indiquant cependant qu'un communiqué de presse serait bientôt disponible.

"Il semble que Londres, en décidant de quitter l'Union européenne, ait abandonné à l'Europe toutes ses obligations envers la liberté d'expression", a de son côté commenté sur Facebook la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Lancée en 2005, la chaîne de télévision RT (ex-Russia Today) est financée par l'Etat russe et émet en anglais, arabe et espagnol. Une version française de leur site internet existe également.

"Il se pourrait, ou non, que (la fermeture des comptes bancaires de RT) ait à voir avec les nouvelles sanctions britanniques et américaines contre la Russie qui peuvent être d'ici peu annoncées", a déclaré Margarita Simonian au journal financier russe RBK.

Les États-Unis et la Grande Bretagne ont brandi ce week-end la menace de nouvelles sanctions économiques contre la Syrie et la Russie, à la suite de nouveaux bombardements de l'aviation syrienne, soutenue par Moscou, sur les quartiers rebelles d'Alep, deuxième ville de Syrie.

Mais une bataille judiciaire oppose également Moscou aux actionnaires de l'ancien géant pétrolier Ioukos qui a conduit à plusieurs reprises dans le passé à des gels d'avoirs russes à l'étranger, y compris de comptes bancaires appartenant à des médias d'Etat.

all/pop/gmo/pg