NOUVELLES
17/10/2016 08:37 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

Italie - Amende pour Icardi, qui reste capitaine de l'Inter

L'Argentin Mauro Icardi va recevoir une amende mais va rester capitaine de l'Inter Milan, a décidé lundi le club italien après une journée de polémiques liées à un passage de l'autobiographie du joueur qui a déplu à certains tifosi milanais.

Dans un communiqué assez flou, le club milanais explique qu'il va appliquer à Icardi "la sanction prévue pour avoir violé le règlement interne du club, signé par tous les joueurs".

Selon l'ensemble des médias sportifs italiens, cette formulation signifie qu'Icardi va recevoir une forte amende. Rien n'indique en revanche dans le communiqué que le joueur sera privé de son brassard de capitaine, ce que réclamaient certains tifosi.

L'épisode trouve son origine dans un passage de l'autobiographie d'Icardi ("Sempre avanti", "Toujours de l'avant", ndlr), dans lequel il raconte une confrontation tendue entre les tifosi milanais et lui et quelques joueurs après une défaite face à Sassuolo en février 2015.

Il reproche notamment à un leader "ultra" d'avoir arraché des mains d'un enfant le maillot qu'il venait de lui envoyer pour le relancer sur la pelouse. Il raconte ensuite avoir dit à ses dirigeants, inquiets de possibles problèmes avec les supporters après cet incident, qu'il était prêt à "ramener une centaine de criminels argentins pour les tuer tous".

Dimanche, le joueur a été la cible de nombreuses banderoles insultantes déployées au stade San Siro lors de la défaite de l'Inter face à Cagliari (2-1), puis devant son domicile.

Malgré les excuses et les explications du joueur dans un texte publié sur Instagram, Javier Zanetti, vice-président de l'Inter, avait semblé aller dans le sens des tifosi en annonçant des sanctions à venir contre Icardi. "Pour nous, les tifosi sont ce qu'il y a de plus important et tout le monde doit les respecter", avait-il dit.

Dans le communiqué publié lundi par l'Inter, Icardi renouvelle ses excuses et affirme qu'il fera en sorte que les pages contestées soient retirées de son livre.

Depuis dimanche, d'autres supporters milanais ont pris le parti du joueur et une pétition de soutien a même été lancée et recueillait plus de 5000 signatures en milieu d'après-midi.

stt/yk