NOUVELLES
17/10/2016 06:42 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

Bataille de Mossoul : réunion de la coalition militaire anti-EI le 25 octobre à Paris

Les principaux ministres de la Défense de la coalition internationale engagée contre le groupe Etat islamique (EI) se réuniront le 25 octobre à Paris afin de faire le point notamment sur la bataille de Mossoul en Irak, a-t-on annoncé lundi au ministère français de la Défense.

Douze ministres, dont le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter, seront reçus chez leur homologue français Jean-Yves Le Drian, a-t-on précisé dans l'entourage de ce dernier.

Outre les ministres canadien, australien et néozélandais, huit ministres européens (Grande-Bretagne, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Italie, Espagne, Norvège, Danemark) seront également présents. La coalition compte une soixantaine de pays, y compris arabes et asiatique, au degré d'engagement militaire très variable.

"Le but est de faire le point sur l'état d'avancement du plan sur Mossoul", a-t-on indiqué dans l'entourage du ministre, alors que les forces irakiennes ont lancé lundi l'offensive pour reprendre le bastion de l'EI.

Les pays de la coalition appuient l'armée irakienne et les peshmergas (combattants kurdes) avec des opérations aériennes, de l'artillerie, du conseil et de la formation.

"Il faut notamment éviter qu'il y ait des +bascules+ de moyens importants de Daech (acronyme de l'EI en arabe) de la zone de Mossoul vers la zone syrienne", assure-t-on à Paris dans l'entourage du ministre.

Les treize ministres se pencheront également sur l'évolution de la situation en Syrie, où l'EI garde plusieurs places fortes, notamment à Raqa dans le nord.

"Ce sera l'occasion de rappeler l'importance de la prise de Raqa", a-t-on relevé dans l'entourage de M. Le Drian, tout en soulignant une "entente parfaite" avec les Etats-Unis sur cet "objectif".

Raqa, où se trouvent de nombreux jihadistes français et d'où ont été planifiés plusieurs attentats en Europe, notamment en France, constitue un objectif militaire majeur aux yeux de Paris.

A Mossoul, l'EI compte "entre 5.000 et 8.000 combattants", très concentrés sur la défense rapprochée de la ville, estime-t-on. Ils font face à "environ 45.000 hommes" (armée irakienne, peshmergas...), selon cette source.

"La manoeuvre d'enveloppement qui avait été conçue par les état-majors irakien et peshmerga s'est déroulée", ce qui a permis le lancement lundi de l'offensive vers Mossoul sur plusieurs axes, poursuit-on.

Plusieurs inconnues demeurent toutefois sur les intentions de l'EI et notamment sa volonté de résister à Mossoul ou au contraire de déplacer ses combattants vers le théâtre syrien.

"Au vu de ce que les troupes de Daech ont fait pour conforter la défense visible - on voit qu'ils ont mis en place des systèmes de défense extrêmement développés autour de Mossoul et dans Mossoul - on peut en déduire qu'ils ont l'intention de défendre assez chèrement l'accès à la ville mais maintenant comment vont-ils le faire, est-ce qu'ils vont faire ?", s'interroge-t-on de même source.

Les ministres de la Défense de la coalition anti-EI se sont déjà réunis quatre fois cette année, à Paris en janvier, Bruxelles en février, Stuttgart (Allemagne) en mai et Washington en juillet.

vl/sof/at