NOUVELLES
17/10/2016 06:26 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

ATP - Nick Kyrgios, les nerfs à vif

Insultes, amendes, pétages de plomb... Rappel des cinq coups de sang les plus marquants de l'Australien Nick Kyrgios, suspendu lundi au moins trois semaines par l'ATP en raison d'une énième incartade à Shanghai:

"Sale racaille"

Wimbledon, 29 juin 2015. L'Australien retrouve la pelouse où il s'était révélé l'année précédente en se hissant en quart de finale. Il maîtrise l'Argentin Diego Schwartzman en trois sets mais pas ses nerfs. "Sale racaille", lâche-t-il après un point litigieux, accordé par l'arbitre à son adversaire. "C'était envers moi-même", dira Kyrgios pour éteindre la polémique et échapper à une amende.

"Vous vous sentez puissant ?"

Deux jours plus tard à Londres, Kyrgios écarte un autre Argentin, Juan Monaco, ancien membre du Top 10 en trois manches. Mais cette fois-ci, l'Australien s'en prend ouvertement à l'arbitre: "Vous vous sentez bien du haut de votre chaise ? Vous vous sentez plus puissant ?"

"Désolé de te le dire mec..."

Changement de décor et direction Montréal le 12 août 2015. Kyrgios dérape à nouveau, cette fois-ci contre Stan Wawrinka (qu'il bat par abandon). "Désolé de te le dire mec mais (Thanasi) Kokkinakis (un joueur australien) a couché avec ta copine (la joueuse croate Donna Vekic)", dit-il en s'adressant au Suisse. Ce dernier ne l'entend pas mais la phrase, captée par un micro au bord du court, va provoquer une petite tempête dans le milieu. Kyrgios présentera ses excuses à Wawrinka. L'ATP lui infligera une amende de 22.000 euros et une suspension d'un mois avec sursis.

"Il est malade ? Foutaises !"

6 mars 2016 à Melbourne. Pour son baptême comme capitaine de l'Australie en Coupe Davis, Lleyton Hewitt doit composer avec le forfait de Kyrgios, officiellement malade, et sortir de sa retraite. Hewitt joue et perd le double contre les frères Bryan. Le dimanche, les Aussies sont menés 2-1 et les derniers espoirs reposent sur Bernard Tomic, qui se blesse au poignet droit et s'incline contre John Isner. Soigné lors d'un changement de côté, "Bernie" fait part de son mécontentement à son capitaine: "Deux fois, Nick a inventé un prétexte. Pendant que je suis ici, il est tranquille à Canberra. Il est malade ? Foutaises !" Kyrgios goûte peu la réaction de son compatriote et le fait savoir sur Twitter. "N'oublions pas qui détient la défaite la plus rapide sur le circuit lol", écrit-il, en référence à un match perdu en 28 minutes par Tomic. Il effacera ensuite le message.

"Quand Djokovic pousse un arbitre, on ne lui dit rien"

22 mai 2016 à Roland-Garros. Pour son entrée en lice contre l'Italien Marco Cecchinato (7-6, 7-6, 6-4), il hurle sans ménagement "Serviette!" à un ramasseur de balle. L'arbitre lui met un avertissement. Pas content, Kyrgios lui lance: "Quand Djokovic pousse un arbitre, à lui on ne lui dit rien, c'est ça ? Dites-le, putain de merde !" L'Australien fait alors référence à un geste du N.1 mondial qui avait poussé de la main l'arbitre en demi-finale du tournoi de Rome, après une décision litigieuse. "Nous savons tous dans cette salle que si c'était moi qui l'avait fait, cela aurait été le cirque absolu, poursuivra Kyrgios en conférence de presse. Mais c'était lui, et il ne s'est rien passé."

bur-ll/chc