NOUVELLES
17/10/2016 05:09 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:12 EDT

Accusations de complot au Monténégro: six suspects relâchés

Le parquet de Podgorica a annoncé lundi la libération de six des vingt Serbes arrêtés au Monténégro pour être soupçonnés d'avoir ourdi un complot visant à écarter du pouvoir le Premier ministre Milo Djukanovic au soir des législatives de dimanche.

Le parquet avait affirmé dimanche que ce groupe entendait s'armer et commettre des "attaques" au soir des élections, s'emparer du Premier ministre Milo Djukanovic et proclamer la victoire de partis d'opposition.

Des suspects conduits têtes baissées à leur interrogatoire avaient été filmés par les médias, mais aucune arme n'a pour le moment été montrée par les autorités.

Après avoir interrogé les vingt suspects, le parquet a précisé dans un communiqué avoir décidé "de maintenir en détention, pour 72 heures, 14 d'entre eux alors que six ont été libérés".

Par ailleurs, les autorités s'efforcent d'"identifier" d'autres personnes "pour lesquelles il a été établi qu'elles appartiennent à ce groupe", de façon à procéder à leur arrestation.

Selon les médias monténégrins et serbes, le chef du groupe serait Bratislav Dikic, né en 1970, qui depuis sa retraite en 2015, est devenu un activiste contre la présence de l'Otan dans les Balkans.

L'opposition monténégrine a qualifié l'opération de "montage".

A Belgrade, le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic a déclaré pour sa part ne pas croire au complot dénoncé par Podgorica.

"Je voudrais voir et entendre des informations sérieuses sur le fait qu'il (Bratislav Dikic, ndlr) planifiait des actes terroristes", a déclaré M. Vucic à l'agence Tanjug.

"Personnellement, en tenant compte des informations dont nous disposons, je n'y crois pas", a-t-il dit.

L'adhésion du Monténégro à l'Alliance atlantique, souhaitée par Milo Djukanovic, est rejetée par une forte partie de son opinion publique.

Belgrade et Podgorica entretiennent des relations en dents de scie depuis que le Monténégro a reconnu l'indépendance du Kosovo en 2008.

str-mat/ng/pg