NOUVELLES
16/10/2016 07:56 EDT | Actualisé 17/10/2017 01:12 EDT

Publicité automobile: Bérubé n'a pas consulté le commissaire à l'éthique

VICTORIAVILLE, Qc — Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a déclaré dimanche qu'il n'avait pas consulté le commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale avant d'apparaître dans une publicité télévisée de concessionnaires automobiles de sa région.

M. Bérubé a affirmé qu'il avait choisi de s'associer bénévolement à cette initiative afin de soutenir l'économie locale.

Selon le député, sa participation à la publicité d'un regroupement de 10 concessionnaires de la région de Matane n'est pas en contradiction avec les valeurs de l'Assemblée nationale.

Dans un échange avec la presse précédent sa participation à une réunion spéciale du caucus péquiste, M. Bérubé a expliqué qu'il s'agissait de sa façon de s'engager dans sa communauté.

M. Bérubé a assuré que personne dans sa circonscription, pas même des concessionnaires concurrents, n'avait formulé de critique négative envers son initiative.

Dans son rapport d'activité 2015-2016, le commissaire à l'éthique Jacques Saint-Laurent avait abordé la question de la participation des députés à des activités publicitaires.

M. Saint-Laurent avait formulé une mise en garde dans l'utilisation que les députés font de leur influence, et pas seulement dans les médias sociaux.

«Certains risques sont à considérer, a-t-il écrit. Par exemple, quel que soit le média utilisé, même une affiche placée sur son véhicule, un élu ne doit pas accepter d’être utilisé à des fins publicitaires.»

Ces précisions étaient inscrites dans une section de son rapport où le commissaire constatait que le nombre d'avis réclamé par des ministres et des députés avait connu «une diminution très importante».

Dimanche, M. Bérubé a estimé que son implication dans un message publicitaire ne posait pas de problème particulier en relation avec les responsabilités de sa charge de député.

«Je n'y vois pas de contradiction, a-t-il dit. Je fais mon travail de façon très engagée dans mon comté, l'économie, c'est difficile. Et tout le monde a salué ça, je n'ai pas entendu personne me parler de ça. Je l'ai fait de bon coeur. À tous égard un député doit être engagé dans sa communauté.»