NOUVELLES
16/10/2016 00:34 EDT | Actualisé 16/10/2017 01:12 EDT

Koweït: le président du Parlement pour des élections anticipées

Le président du Parlement koweïtien, Marzouk al-Ghanem, a appelé à des élections anticipées pour relever les défis économiques et de sécurité auxquels l'émirat pétrolier du Golfe est actuellement confronté.

L'appel de M. Ghanem est intervenu après que des députés ont déposé trois demandes pour auditionner des ministres au sujet de la décision de relever les prix de l'essence et de présumés abus financiers et administratifs.

Des demandes similaires pourraient être déposées au Parlement à l'ouverture mardi de la dernière session annuelle de l'actuelle législature.

Intervenant tard samedi sur la chaîne de télévision Al-Raï, M. Ghanem a affirmé que le Koweït était confronté à "une période délicate et exceptionnelle, marquée par des défis sécuritaires et économiques" aux plans régional et local.

"Nous ne pourrons pas nous en sortir si nous ne formons pas un nouveau gouvernement et ne retournons pas aux urnes", a-t-il ajouté.

Il a affirmé que le Premier ministre, cheikh Jaber Moubarak Al-Sabah, membre de la famille régnante, et plusieurs députés partageaient son point de vue.

"J'ai informé la direction politique de ce point de vue personnel et la décision finale revient à l'émir", a-t-il encore dit.

Selon la Constitution, l'émir, cheikh Sabah al-Ahmed Al-Sabah, est le seul habilité à dissoudre le Parlement et à convoquer des élections anticipées.

Le mandat de l'actuel Parlement s'achève fin juillet 2017.

Il est considéré comme proche du gouvernement, mais des députés ont été embarrassés par la décision ministérielle d'augmenter de 40% à 80% les prix de l'essence dans l'émirat qui, membre de l'Opep, produit quelque 3 millions de barils de brut par jour.

oh/dv/tm/hj