NOUVELLES
16/10/2016 09:45 EDT | Actualisé 17/10/2017 01:12 EDT

Allemagne: Rummenigge furieux après le nul du Bayern à Francfort

"Nous n'avons aucune excuse (...) et nous devons très vite changer notre attitude", sous peine d'une grosse désillusion mercredi en Ligue des champions contre Eindhoven, a tempêté le patron du Bayern Karl-Heinz Rummenigge au lendemain du nul de son équipe à Francfort (2-2).

Plus que le résultat, un troisième match consécutif sans victoire, c'est la manière qui a mis en rage l'ancien attaquant international: "Ce n'était pas le Bayern, ce que nous avons vu en première mi-temps, on ne peut pas jouer comme ça! Ce n'était pas acceptable, il faut entrer sur le terrain avec une toute autre mentalité", a-t-il dit.

"Quelques joueurs n'ont pas encore réalisé que nous avons déjà eu des difficultés ces dernières années", a-t-il poursuivi sans citer de noms. "Il faut bien se mettre dans la tête que toutes les équipes qui jouent contre nous ne vont pas hisser le drapeau blanc dès le coup d'envoi".

Les cadres absents ? L'intégration de nouveaux joueurs ? Un nouvel entraîneur, Carlo Ancelotti ? "Ca n'a rien à voir avec ça", s'est encore emporté Rummenigge: "Oui, il nous a manqué des joueurs blessés, mais nous avons un effectif tellement large et de qualité ! Nous n'avons aucune excuse. C'est notre faute (...) On peut encore s'estimer heureux d'avoir ramené un point, vu ce qu'on a montré en première mi-temps".

Le Bayern, intouchable en août et septembre, reste sur deux nuls en championnat et une défaite en Ligue des champions à Madrid contre l'Atletico. Les Bavarois sont cependant toujours leaders en Bundesliga, avec deux points d'avance sur Cologne.

Interrogé sur les mesures à prendre avant la réception du PSV Eindhoven mercredi, Rummenigge n'a pas mâché ses mots: "Nous devons très vite montrer une autre attitude, dès mercredi. Sinon on va au devant des problèmes."

L'entraîneur Ancelotti et le capitaine Philipp Lahm avaient tiré à peu près les mêmes conclusions samedi: "Nous avons été trop relax. Si on pense qu'on n'a pas besoin d'être à 100%, et que tout ira bien quand même, alors on court le risque de perdre les duels et de perdre le contrôle du jeu", avait tancé Lahm.

Le coach italien avait mis en garde ses joueurs: "Nous n'avons pas eu la bonne attitude. Nous avons dormi les 45 premières minutes, c'est beaucoup trop (...) Je dois modifier ça, je vais parler à l'équipe, et je vais faire des changements".

cpb/chc