NOUVELLES
14/10/2016 09:39 EDT | Actualisé 15/10/2017 01:12 EDT

Syrie: Hollande rappelle les "exigences" de Paris avant la réunion de Lausanne

Le président François Hollande a rappelé vendredi "les exigences" de Paris pour sortir de la crise syrienne, à la veille d'une réunion internationale sur la Syrie à Lausanne avec les chefs de la diplomatie russe et américain.

Ces exigences sont "cessez-le-feu, acheminement immédiat de l'aide humanitaire et négociation politique en vue d'une transition en Syrie", a détaillé la présidence française dans un communiqué, à l'issue d'une rencontre entre M. Hollande et des associations engagées pour la paix en Syrie.

"C'est le seul chemin pour stabiliser ce pays martyr et éradiquer durablement la menace terroriste", a ajouté M. Hollande, cité dans le communiqué.

"A l'inverse, la recherche d'une solution militaire au profit (du président syrien) Bachar Al Assad ne cesse d'aggraver la polarisation et d'alimenter l'extrémisme en Syrie et dans la région", a-t-il ajouté en référence aux bombardements russes en soutien de l'armée syrienne.

"Nous appelons encore une fois avec force à la négociation politique pour la paix et ça passe par un préalable, le préalable c'est l'arrêt des bombardements", a pour sa part déclaré à la presse le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, à la sortie de cette rencontre.

"Beaucoup d'autres initiatives vont être prises, la France en a déjà pris ces derniers jours et nous serons toujours en première ligne avec la même détermination, avec la même force, avec la même conviction pour faire reculer la barbarie. Il n'est jamais trop tard pour faire la paix", a-t-il insisté.

La réunion de samedi à Lausanne avec les chefs de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et américain John Kerry, et à laquelle la France ne participe pas, constitue la première tentative de renouer le dialogue entre les deux puissances depuis la suspension des pourparlers dans le dossier syrien.

Dans le même temps, le président russe Vladimir Poutine, qui a annulé une visite à Paris la semaine prochaine en raison des conditions posées par François Hollande, a martelé que nul ne réussirait à "isoler" la Russie malgré la nouvelle dégradation de ses relations avec les Occidentaux.

swi/far/chp/ger