NOUVELLES
14/10/2016 07:31 EDT | Actualisé 15/10/2017 01:12 EDT

Résolutions de l'Unesco sur Jérusalem: un haut responsable souhaite un report du vote

Le président du Conseil exécutif de l'Unesco, Michael Worbs, a espéré vendredi que les résolutions sur Jérusalem, vivement contestées en Israël, ne seraient pas soumises à un vote formel mardi, comme prévu, mais reportées pour "donner une chance au dialogue".

Deux projets de décision sur "la Palestine occupée", soumis par sept pays arabes, ont été adoptés jeudi en commission avec 24 voix pour, six contre (dont les Etats-Unis) et 28 abstentions (dont la France).

Ils doivent être soumis mardi en séance plénière aux 58 Etats-membres du Conseil exécutif de l'Unesco, sorte de conseil d'administration de l'organisation dont le siège est à Paris.

Israël estime que ces résolutions nient le lien historique millénaire entre les juifs et Jérusalem, parce qu'elles privilégient les termes arabes pour désigner les lieux sacrés de la Vieille ville. En signe de protestation, l'Etat hébreu a annoncé vendredi suspendre sa coopération avec l'Unesco.

"Ce ne sont pas des décisions de l'Unesco, mais des 58 membres du Conseil exécutif", a souligné à l'AFP le diplomate allemand Michael Worbs, qui préside cette institution.

"Pendant 40 ans, l'Unesco a toujours réussi à trouver des décisions consensuelles sur le Moyen-Orient, mais depuis l'automne 2010, c'est devenu de plus en plus difficile", a-t-il poursuivi.

Contrairement à la décision de mi-avril, le dernier projet de résolution "mentionne l'importance de Jérusalem pour les trois religions monothéistes. C'est un progrès", a souligné M. Worbs. "Mais il n'est pas suffisant. Il faut encore du temps et du dialogue entre les membres du Conseil pour atteindre un consensus", a-t-il ajouté en plaidant pour un report du vote au printemps.

Jérusalem-Est est la partie palestinienne de Jérusalem occupée depuis 1967 par Israël et depuis annexée.

C'est là, au coeur du conflit israélien, que se trouve l'ultra-sensible esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré pour les juifs qui le révèrent comme le mont du Temple, là où se dressait le second temple juif détruit par les Romains en 70.

chp/dab/glr