NOUVELLES
14/10/2016 12:42 EDT | Actualisé 15/10/2017 01:12 EDT

ONU: Washington demande d'agir "immédiatement" au Proche-Orient

Les Etats-Unis ont appelé vendredi, au Conseil de sécurité des Nations unies, à agir "immédiatement" pour trouver une solution à deux Etats au conflit israélo-palestinien, pour relancer un processus de paix actuellement au point mort.

L'ambassadeur adjoint américain auprès de l'ONU, David Pressman, a expliqué lors d'une réunion informelle du Conseil sur les colonies israéliennes que les constructions de l'Etat hébreux sur les terres palestiniennes étaient "destructrices pour la paix".

"Nous devons commencer à mettre en place la solution à deux Etats sur le terrain immédiatement", a assuré M. Pressman lors de la réunion qui se tenait à l'initiative de l'Angola, de l'Egypte, de la Malaisie, du Sénégal et du Venezuela.

M. Pressman a également rappelé que Washington est favorable à un accord négocié entre Israël et les Palestiniens.

"Mais des progrès considérables pour une réalité à deux Etats peuvent être réalisés maintenant, qui permettront de raviver l'espoir et poseront les jalons pour des négociations réussies", a-t-il ajouté.

"Israël doit choisir entre l'expansion des colonies et la préservation de la possibilité d'une solution pacifique à deux Etats", a insisté David Pressman.

Plusieurs gouvernements de pays arabes envisagent de présenter un projet de résolution au Conseil de sécurité, demandant l'arrêt des colonies israéliennes. Mais pareille initiative s'était heurtée au veto américain en 2011.

L'ONU considère ces colonies comme illégales, mais le Conseil de sécurité n'a jamais pris de mesures pour soutenir cette décision.

L'ambassadeur vénézuélien auprès de l'ONU, Rafael Ramirez, a accusé les Etats-Unis de "maintenir un blocage" au Conseil de sécurité sur le conflit israélo-palestinien grâce à leur droit de veto.

Sous le mandat du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, les colonies ont explosé et quelque 15.000 nouveaux colons se sont installés en Cisjordanie occupée pour la seule année 2015.

"Cette politique, il faut appeler un chat un chat, met en péril la perspective d'un Etat palestinien viable, qui est le meilleur gage de la sécurité d'Israël et d'une solution juste et durable à ce conflit", a déclaré l'ambassadeur français François Delattre.

La France travaille depuis plusieurs mois à l'organisation d'une conférence internationale avant fin 2016 pour relancer le processus de paix.

L'ambassadeur palestinien aux Nations unies, Riyad Mansour, a par ailleurs indiqué que des ministres arabes doivent se rencontrer ce mois pour décider ou non d'un projet de résolution demandant un statut de membre permanent de l'ONU pour la Palestine.

Cette dernière a accédé en 2012 au statut d'Etat observateur.

cml/sha/vog