NOUVELLES
14/10/2016 14:38 EDT | Actualisé 15/10/2017 01:12 EDT

La seconde vie des voitures du métro, de Montréal à Grand-Métis

Intégrés à la construction d'édifices, transformés en café ou encore convertis en œuvre d'art : les anciens wagons du métro de Montréal entreprennent leur seconde vie, cinquante ans jour pour jour après leur entrée en service.

La Société de Transport de Montréal (STM) a présenté, vendredi matin, les sept premiers projets retenus après un appel d'offres lancé en mars. Les wagons seront notamment intégrés à deux projets immobiliers, le « Projet MR-63 » et le « Projet d'ÆDIFICA ».

« Les finalistes proposent des projets porteurs et originaux qui garderont présentes dans le paysage montréalais et québécois les voitures MR-63 qui font partie de notre histoire », a déclaré le président du conseil d'administration de la STM, Philippe Schnobb.

Le « Projet MR-63 » comprend l'intégration de huit voitures à un bâtiment multidisciplinaire dans le Quartier de l'innovation de Montréal. Deux frères, Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau, en sont à l'origine. Ils souhaitent y construire un café, des espaces créatifs et des terrasses, notamment.

Quant au « Projet d'ÆDIFICA », il prévoit recycler au moins une douzaine de voitures comme composantes principales d'un complexe d'habitation multifonctionnel comprenant des condos, des résidences et des commerces. Le coût du projet est évalué à plus de 27 millions de dollars avec une construction prévue entre 2017 et 2019. Le terrain n'a cependant toujours pas été choisi.

Les cinq autres projets retenus sont voués à l'éducation et à l'art, entre autres :

  • 1 voiture consacrée à la formation incendie au collège Montmorency;
  • 1 voiture transformée en café et en lieu de travail à l'école Polytechnique;
  • 1 voiture pour une exposition d'été sur Montréal aux Jardins de Métis;
  • 1 voiture et des bancs pour une installation au centre sportif Le TAZ;
  • 16 portes pour l'œuvre d'art « Seuils » de l'artiste Michel De Broin.

Ces projets ont été sélectionnés, parmi une trentaine de soumissions, selon des critères comme l'image, le patrimoine, l'environnement, la qualité de conception ainsi que la faisabilité.

Les projets retenus « ont été salués par le jury dans la mesure où ils étaient plus ambitieux, ajoute Philippe Schnobb. Ils nous semblaient aussi une belle occasion de mettre en valeur le MR-63 de manière spectaculaire. »

Des conditions, comme la disponibilité du terrain ou l'existence d'un plan de transport, devront toutefois être respectées avant que les soumissionnaires puissent donner le coup d'envoi officiel à leurs projets.

Des employés de la STM perturbent l'annonce

Les syndiqués de la Société de Transport de Montréal, notamment des employés affectés à l'entretien et des chauffeurs, ont perturbé la conférence de presse en matinée. Ils ont notamment protesté contre le projet de loi 110 sur le régime de négociation des conventions collectives.