POLITIQUE
14/10/2016 04:56 EDT | Actualisé 14/10/2016 06:00 EDT

Jean-François Lisée défend sa conjointe, Sylvie Bergeron (VIDÉO)

QUÉBEC – Jean-François Lisée a pris ses distances vendredi de certains propos controversés de sa conjointe, tout en tentant de défendre sa compagne de vie.

Dans un mémoire présenté à la commission parlementaire chargée d’étudier la Charte des valeurs en 2014, Sylvie Bergeron écrivait : «De tout temps, les anglophones ont refusé de s’intégrer dans la nation québécoise, braquant leur communauté contre la nation. Cette même dynamique sert aujourd’hui l’intégrisme.»

Elle ajoute plus loin, au sujet de la Cour suprême du Canada : «La classe politique croit qu’elle ne peut pas changer les choses parce qu’elle ne sait plus comment contester le pouvoir du tribunal blindé par un arsenal de procédures techniques qui offre l’apparence d’un Vérité absolue et incontestable. Les portes de l’Occident sont grandes ouvertes aux fondamentalistes et les gonds sont rouillés.»

Lors d'une conférence de presse vendredi, Jean-François Lisée s’est porté à la défense de sa conjointe. «Moi, je suis en amour avec Sylvie, je suis en amour avec elle, et on discute de toutes sortes de choses, a-t-il dit. Et vous avez sûrement un partenaire de vie aussi et nous n'êtes pas en accord avec chacune des choses qu'elle dit ou écrit.»

Toutefois, le chef péquiste établit une distinction entre les positions de sa conjointe et son programme politique, notamment sur la place des anglophones au Québec. «Le Parti québécois doit être le parti de tous les Québécois, dit-il. Donc, s'il y a des distinctions à faire entre mon programme et des écrits de ma conjointe, comme c'est moi qui a été élu chef, je vous invite à lire mon programme.»

C’est l’émission Infoman qui a d’abord déterré le passage de Sylvie Bergeron en commission parlementaire. «L'homme et la femme sont d'abord des êtres nus, nous ne sommes pas des êtres vêtus, affirmait-elle devant des parlementaires médusés. Et donc, si on part toujours du principe que, pour défendre une personne on la voit habillée, on n'est pas en train de défendre l'humain en tant qu'essence intrinsèque.»

Sylvie Bergeron poursuivait son analyse : «Le droit romain est basé sur l'humain en tant qu'être, donc il défend l'homme nu, tandis que le droit coutumier défend l'homme vêtu, c'est la liberté de culte, d'expression religieuse.»

Auteure, et conférencière Sylvie Bergeron offre notamment une formation d’autocoaching nommée «Le Créateur».

Celle qui blogue également pour Le Huffington Post Québec, écrit dans ses notes biographiques : «Sa pratique clinique lui a permis de jeter les bases de la psychologie évolutionnaire appliquée dans une formation d’autocoaching unique en ligne ou en classe qui permet de connaître en profondeur les rouages de tous les niveaux de l'intelligence émotionnelle».

Elle ajoute que l’«étude des mécanismes profonds de l’humain l’a amenée à dépasser son cynisme face au politique».

Avant d’entrer à son premier caucus à titre de chef du PQ plus tôt dans la journée, Jean-François Lisée s’est réjoui du reportage d’Infoman. «J’étais très heureux de partager la fraîcheur, l’enthousiasme, la joie de vivre de ma conjointe avec les très nombreux auditeurs d’Infoman hier soir», a-t-il dit.

Le nouveau chef péquiste a d’ailleurs affirmé que sa nouvelle conjointe était «une des sources d’inspiration» de sa plus grande bonhomie «des dernières années». Il a d'ailleurs confié que celle-ci est sa coach de vie.

Mais partage-t-il sa vision du monde? «J’aime avoir, dans ma vie, quelqu’un de surprenant, quelqu’un qui me challenge», a-t-il commenté.

«On n’est pas d’accord sur tout, a-t-il ajouté. On discute de tout et on fait un couple formidable.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Élection de Jean-François Lisée à la tête du PQ Voyez les images