NOUVELLES
14/10/2016 04:52 EDT | Actualisé 15/10/2017 01:12 EDT

Interdiction de vol : un Ontarien coincé à Amsterdam

Un homme de Marham, en banlieue de Toronto, raconte qu'il est bloqué aux Pays-Bas depuis mercredi, parce que son nom se retrouve sur une liste américaine de passagers interdits.

Nanak Partap Singh rentrait d'Inde et faisait escale à Amsterdam, lorsque sa compagnie aérienne KLM l'a avisé qu'il ne pouvait pas monter à bord du vol pour Toronto.

Sa valise a été retirée de la soute, alors que les autres passagers étaient informés de la raison pour laquelle le vol était retardé. Une situation « humiliante » pour lui, ajoute M. Singh.

Ce dernier affirme que l'ambassade canadienne à La Haye lui a dit qu'il devait lui-même contacter les autorités américaines pour faire retirer son nom de la liste noire.

Au début 2016, nombre de Canadiens, incluant les parents d'enfants dont le nom s'était retrouvé par erreur sur des listes noires, s'étaient plaints d'avoir été retardés injustement ou d'avoir carrément raté leur vol.

En juin dernier, le ministre canadien de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avait annoncé la création d'un bureau fédéral pour traiter les plaintes des voyageurs faussement ciblés. Toutefois, Ottawa avait précisé que la mise en place du nouveau système pourrait prendre 18 mois.

Le bureau du ministre Goodale n'a pas voulu commenter le cas de M. Singh, mais affirme que tout répertoire étranger de passagers interdits n'est pas de sa juridiction. « Si un autre pays exige d'une compagnie aérienne qu'elle utilise sa liste de passagers interdits, on n'a aucun contrôle là-dessus, dit l'attaché de presse Scott Bardsley. Et c'est tout à fait approprié de la part d'autres gouvernements d'avoir leur propre liste de sécurité. »

Plus de détails à venir