NOUVELLES
14/10/2016 02:10 EDT | Actualisé 15/10/2017 01:12 EDT

France: bras de fer sur une chaîne télé autour de l'arrivée d'un animateur controversé

La chaîne française iTELE a ouvert une "clause de conscience" pour les journalistes qui souhaitent partir plutôt que travailler avec Jean-Marc Morandini, un animateur controversé recruté par la chaîne d'information en continu du groupe Canal+, a indiqué vendredi à l'AFP un porte-parole.

Les journalistes de la chaîne avaient exprimé leur "consternation" après l'annonce du recrutement de Jean-Marc Morandini alors qu'il est mis en examen (inculpé) pour "corruption de mineur", jugeant que l'arrivée de l'animateur serait "désastreuse" pour l'image d'iTELE".

Prenant le parti de sa nouvelle recrue au nom de la "présomption d'innocence", la chaîne déjà engagée dans un plan d'économies drastiques a ouvert la porte de sortie à ceux qui refusent de l'entériner. La clause de conscience permet aux journalistes de toucher des indemnités de départ.

Jean-Marc Morandini est visé par les plaintes de deux jeunes hommes, mineurs à l'époque des faits présumés, en 2009 et 2013. Il a aussi été mis en cause en juillet dans une enquête du magazine Les Inrocks faisant état, témoignages à l'appui, d'un casting scabreux de jeunes comédiens organisé pour une websérie produite par l'animateur.

L'animateur vedette de 51 ans, mis en examen le 23 septembre, a été mis en retrait de la radio Europe 1, dont il était un pilier depuis quinze ans.

Jeudi, par une tribune dans le Monde, la Société des journalistes d'iTELE avait demandé expressément à Jean-Marc Morandini de renoncer à son émission, après avoir voté mardi à une écrasante majorité une motion de défiance contre sa direction.

L'animateur avait répondu vendredi dans une autre tribune en demandant qu'on le "laisse travailler" et qu'on respecte "la présomption d'innocence".

tsz/leb/ial/nou/at