NOUVELLES
14/10/2016 06:49 EDT | Actualisé 15/10/2017 01:12 EDT

Faute de gouvernement, l'Espagne présente à Bruxelles un budget 2017 provisoire

Le gouvernement sortant espagnol a annoncé vendredi avoir approuvé un budget provisoire pour 2017 lui permettant de présenter à la Commission européenne des mesures anti-déficit, alors que l'absence de gouvernement élu empêche toujours l'élaboration d'un budget définitif.

L'Espagne, sous la menace d'une sanction européenne, avait jusqu'à samedi pour présenter son plan.

Madrid va donc envoyer à Bruxelles un budget qui reconduit celui de 2016, "sans changement de politiques, et avec une prévision assez prudente sur les recettes", a expliqué à la presse la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria (Parti populaire, PP), à l'issue du conseil des ministres hebdomadaire.

L'Espagne n'ayant pas de gouvernement élu depuis presque dix mois, la précédente équipe assure la gestion des affaires courantes mais ne peut pas établir de nouveau budget, c'est-à-dire décider de coupes budgétaires ou de mesures nouvelles augmentant les dépenses.

Le plan se borne à actualiser les chiffres en fonction des prévisions macroéconomiques, a expliqué la porte-parole, sans donner plus de détails sur le contenu du plan.

Le document qui doit être transmis à Bruxelles précise aussi quelles mesures ont été prises pour respecter l'objectif de déficit public pour 2016, fixé à 4,6% du PIB.

Fin septembre, le directeur des études économiques de la Banque d'Espagne avait estimé que cet objectif ne pourrait pas être respecté sans nouveaux ajustements.

Le gouvernement sortant espère engranger 8 milliards d'euros en prélevant de manière anticipée l'impôt sur les sociétés, s'il arrive à recueillir le soutien de ses adversaires socialistes au Parlement pour modifier la loi.

Pour 2017, l'objectif officiel de réduction du déficit est de 3,1%. Pour l'atteindre, les seuls effets de la forte croissance économique espagnole ne suffiront pas, a reconnu mardi le ministre sortant de l'Economie Luis de Guindos.

Il faudra en outre dégager cinq milliards d'euros grâce à un effort "structurel" sur le budget de l'Etat, a-t-il expliqué.

Le cabinet conservateur envisage aussi de s'opposer à une proposition de loi déposée par 178 députés pour revaloriser les retraites en 2017, s'il devait peser encore davantage sur les finances de l'Etat.

Le roi Felipe VI doit consulter les 24 et 25 octobre les chefs des partis politiques, afin de décider s'il dispose d'un candidat bénéficiant d'assez de soutiens pour diriger le gouvernement, et éviter de troisièmes législatives en un an.

emi/mck/mr