NOUVELLES
14/10/2016 16:28 EDT | Actualisé 15/10/2017 01:12 EDT

Deux nouvelles femmes accusent Donald Trump d'attouchements sexuels

LOS ANGELES — Deux nouvelles femmes ont accusé Donald Trump d'attouchements sexuels non désirés, vendredi et l'une d'entre elles est une ancienne participante à l'émission de téléréalité qu'animait le candidat républicain à la présidence.

Dans les derniers jours, plusieurs femmes ont accusé M. Trump de les avoir embrassées ou touchées sans leur consentement.

Lors d'un événement de campagne en Caroline du Nord, le milliardaire a tenté de discréditer les allégations de ces femmes, soutenant qu'il n'y avait aucun témoin pour corroborer leur version.

Donald Trump a dit qu'il était attaqué «vicieusement» par des mensonges, ajoutant qu'il ne connaissait absolument pas ces femmes. Ensuite, faisant référence à l'une d'entre elles, il a affirmé «qu'elle ne serait pas son premier choix».

Summer Zervos, une ancienne participante à l'émission «The Apprentice», a indiqué que M. Trump lui avait fait des «avances sexuelles non désirées» dans l'un de ses hôtels de New York en 2007.

Mme Zervos a fait cette déclaration en conférence de presse, à Los Angeles, aux côtés d'une avocate bien connue du milieu, Gloria Allred. 

Selon son témoignage, à sa première rencontre avec M. Trump, il l'avait embrassée sur la bouche avant de lui demander son numéro de téléphone. Elle l'a vu quelques semaines plus tard et il aurait alors tenté l'embrasser et de lui faire des attouchements sans son consentement. À l'époque, Donald Trump était déjà marié avec son épouse actuelle, Melania, et le couple venait d'avoir un enfant.

Pour sa part, Kristin Anderson a dit au «Washington Post» que le politicien l'avait agressée sexuellement dans une boîte de nuit de New York à la fin des années 1990. Donald Trump venait tout juste de divorcer et il fréquentait régulièrement les bars de Manhattan.

Plus tôt dans la journée, le colistier de Donald Trump, Mike Pence, a assuré que des preuves blanchissant le candidat relativement à ces allégations seraient dévoilées sous peu.

Le candidat à la vice-présidence des États-Unis a déclaré au réseau Fox News, vendredi, que les médias sont responsables de la situation en raison de leur obsession avec les allégations «sans fondement» lancées contre M. Trump. M. Pence a soutenu que la campagne Trump fournira bientôt la preuve que ces femmes mentent, mais il n'a pas fourni plus de détails.

———

Mis à part Summer Zervos et Kristin Anderson, plusieurs autres femmes ont accusé M. Trump d'inconduite sexuelle. Voici certains de leurs témoignages:

— Jessica Leeds: La femme de 74 ans a dit au «New York Times» que le milliardaire lui avait fait des attouchements il y a plus de trente ans dans un avion. La femme était assise à côté de M. Trump, qui aurait levé l'accoudoir qui les séparait pour lui toucher la poitrine et mettre sa main sous sa jupe.

— Rachel Crooks: M. Trump aurait embrassé la femme de 22 ans sans son consentement en 2006, alors qu'elle était réceptionniste d'une firme immobilière située dans un édifice appartenant à l'empire Trump. Selon le «New York Times», Donald Trump, qui rencontrait la jeune femme pour la première fois, lui aurait serré la main, avant de l'embrasser sur les joues et sur la bouche.

— Mindy McGillivray: Donald Trump aurait fait des attouchements à la femme après un concert de Ray Charles, à l'hôtel Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride. Mme McGillivray a confié au «Palm Beach Post» que M. Trump lui avait touché les fesses.

— Natasha Stoynoff: La reporter du magazine «People» a raconté que M. Trump l'avait embrassée lorsqu'elle l'interviewait à l'occasion de son premier anniversaire de mariage avec sa femme, Melania, en 2006. Dans un article publié sur le site du magazine, Mme Stoynoff a relaté que M.Trump avait posé son geste lorsqu'il lui faisait visiter une chambre de sa résidence de Mar-a-Lago: «En quelques secondes, il me plaquait sur le mur en mettant sa langue dans ma gorge».

— Temple Taggart: L'ancienne Miss Utah a affirmé que M. Trump l'avait embrassée sur la bouche plus d'une fois quand elle avait participé au concours de Miss USA, alors qu'elle avait 21 ans.

— Jill Harth: L'ancienne partenaire d'affaires a dit au «New York Times» que M.Trump avait mis sa main sous sa jupe en 1992. Elle l'avait accusé d'agression sexuelle en 1997, mais elle avait abandonné la poursuite après que le milliardaire eut réglé une autre poursuite pour résiliation de contrat.