Vivre

Le whisky, bien plus qu'une boisson d'homme...

Scotch on the rocks
Scotch on the rocks

Au début du 20e siècle, les hommes se retiraient au salon, après le souper, pour boire un whisky et fumer un cigare, alors que les femmes terminaient le vin à table.

Aujourd’hui, l’image des spiritueux réservés aux hommes est toutefois révolue et les femmes ont de plus en plus de pouvoir et d’influence dans l’industrie des eaux-de-vie.

Selon les plus récentes données du géant de la boisson Diageo, les femmes représentent désormais entre 25 et 30 % des consommateurs de whisky. Et ce chiffre ne cesse d’augmenter.

Le directeur de marque nationale pour Ardberg et Glenmorangie, Ruaraidh Macintyre, confirme d’ailleurs qu’on voit de plus en plus de femmes dans les salons spécialisés et les dégustations de bourbon.

« Partout à travers le monde, on retrouve des clubs de whisky réservés aux femmes, des dégustations par et pour les femmes, et très souvent, les femmes sont les visages et ambassadrices des plus grandes sociétés de whisky. Karen Fullerton, l’ambassadrice mondiale de Glenmorangie, est un bon exemple », explique M, Macintyre.

Ainsi, avec le visage du whisky qui se transforme tranquillement, l’image de cette boisson réservée aux hommes tend à disparaître pour laisser place à un spiritueux « hybride », au même titre que le vin et le champagne, que tous peuvent apprécier à sa juste valeur.

Le cognac aussi…

Même son de cloche du côté de la maison Hennessy, qui prône désormais de nouveaux modes de consommation du cognac, dont « on the rocks », en cocktails et en « long drinks ».

Certes, plusieurs adeptes de la vieille école sourcilleront à l’idée de dénaturer le cognac de la sorte, car dans ce monde conventionnel et très codé, il n’est pas bien vu de bousculer les habitudes.

Mais en agissant ainsi, la maison de cognac fondée en 1765 tente de se donner une image urbaine et cosmopolite. Une tactique fort à propos en cette période de grands changements.

À bât les stéréotypes

Oublions toutefois le stéréotype maladroit qui veut que la femme préfère les scotchs doux et vanillés, car il n’existe pas de « bourbon de nana ». Au contraire, ces dernières savent apprécier tout autant que les hommes (sinon plus…) les arômes complexes d’une bonne eau-de-vie, de la plus subtile à la plus tourbée.

D’ailleurs, rappelons que les femmes ont un palais beaucoup plus sensible que les hommes, elles qui possèdent des récepteurs sensoriels 100 fois plus développés que la gent masculine. De plus, les femmes sont plus disposées à l’encodage et à la mémorisation des odeurs. Ainsi, la dégustation se fait plus facilement et naturellement chez la gent féminine.

Au final, la grande subtilité de cette boisson est probablement ce qui pousse autant de femmes à s’identifier au whisky et à se l’approprier. Fait à noter : Lady Gaga est une grande amatrice de bourbon et affirme que cette eau-de-vie l’aide à trouver l’inspiration lorsqu’elle compose sa musique. Intéressant !

Quoi qu’il en soit, l’avenir du whisky s’avère brillant et c’est en grande partie grâce aux femmes.

À voir également:

15 trucs pour éviter de trop boire