NOUVELLES
06/10/2016 07:39 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

Tadjikistan: plus 20 ans de prison pour deux avocats indépendants

Deux avocats tadjiks connus pour avoir défendu des opposants ont été condamnés jeudi à plus de 20 ans de prison pour "fraude" et "extrémisme" par un tribunal du Tadjikistan, pays pauvre d'Asie centrale.

Le tribunal municipal de Douchanbé, la capitale, a condamné à 23 ans de prison Bouzourgmehr Iourov, qui a défendu des membres du parti de la Renaissance islamique du Tadjikistan, interdit depuis 2015, a annoncé à l'AFP un porte-parole du tribunal.

La justice tadjike a également ordonné la confiscation de tous ses biens, selon la même source.

Son collègue Nouriddine Makhkamov, qui avait défendu M. Iourov avant d'être arrêté à son tour, a été condamné à 21 ans de prison, a indiqué le tribunal.

Depuis début août, près de 200 personnes accusées d'être des membres du parti de la Renaissance islamique ont été condamnées pour "rébellion" à des peines de prison, parfois à perpétuité, après des affrontements avec les forces de l'ordre qui ont fait une cinquantaine de morts en 2015.

Un an après ces affrontements, le président tadjik Emomali Rakhmon a dénoncé les "plans destructeurs" du parti de la Renaissance islamique du Tadjikistan, seul parti islamique légal dans le pays jusqu'à son interdiction en août 2015.

Ce parti a également été accusé par le président aux tendances autoritaires d'avoir cherché à instaurer un "Etat islamique" dans cette ex-république soviétique.

M. Rakhmon a fait de la lutte contre l'intégrisme religieux une priorité dans ce pays laïc à majorité musulmane, où une sanglante guerre civile entre le pouvoir procommuniste et des rebelles islamistes avait fait plus de 100.000 morts entre 1992 et 1997.

Les autorités ont pris en 2015 des mesures radicales pour contrer l'influence grandissante des extrémistes religieux, parmi lesquelles le rasage forcé des barbes, des restrictions pour le pèlerinage annuel à La Mecque et une campagne contre le port du hijab.

ab-cr/all/nm/mr