NOUVELLES
06/10/2016 06:59 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

Steven Woolfe, favori pour succéder à Farage à la tête de l'Ukip, hospitalisé

L'eurodéputé britannique de l'Ukip, Steven Woolfe, avocat fervent du Brexit et favori pour prendre prochainement la tête du parti europhobe, a été hospitalisé jeudi après un incident au Parlement européen à Strasbourg.

Tout d'abord présenté dans un état "grave" après une "altercation" entre membres du parti, selon le leader historique Nigel Farage, cet avocat de 48 ans, né le 9 octobre 1967 à Manchester, a ensuite indiqué dans un communiqué se "sentir mieux".

"Le scanner a montré qu'il n'y avait pas de caillot sanguin dans le cerveau", a précisé Steven Woolfe qui doit cependant passer la nuit à l'hôpital de Strasbourg pour des tests complémentaires.

M. Woolfe a "perdu connaissance" et a été transporté à l'hôpital dans un état "grave" "après une altercation qui a eu lieu lors d'une réunion des eurodéputés UKIP ce matin", avait expliqué M. Farage dans un communiqué, sans autre précision sur l'"altercation" évoquée.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du Parlement européen, Jaume Duch, a déclaré que M. Woolfe avait eu un "malaise ce matin dans un couloir du Parlement, près de l'hémicycle" et qu'il avait "été transporté à l'hôpital".

Cet été, Woolfe, qui est l'actuel porte-parole du parti sur les questions d'immigration, était le grand favori pour prendre la tête du parti mais avait été exclu du scrutin début août pour avoir remis son dossier de candidature avec 17 minutes de retard.

Cette exclusion avait entraîné la démission immédiate de trois membres du parti qui considéraient qu'elle avait été dictée par la volonté des centristes du parti d'empêcher Steven Woolfe de concourir alors qu'il était, selon eux, le plus populaire auprès des adhérents du parti.

Steven Woolfe avait en effet le soutien de Nigel Farage et du principal pourvoyeur de fonds de l'Ukip, l'homme d'affaires Arron Banks, qui avait jugé que cette décision s'apparentait à un "putsch" contre son protégé.

- Du droit à la politique -

C'est une autre eurodéputée, Diane James, qui avait pris la tête du parti le 16 septembre avant de jeter l'éponge mardi, seulement 18 jours plus tard. A la suite à cette démission surprise, Steven Woolfe a été le premier, mercredi, à indiquer sa volonté de lui succéder.

Dans son communiqué de presse annonçant sa candidature, il a confié avoir envisagé faire défection de l'Ukip pour rejoindre le parti conservateur de Theresa May après son engagement à mettre en place le Brexit.

Mais "je suis arrivé à la conclusion que seul un Ukip fort peut garantir que le Brexit ait lieu dans sa totalité", écrit-il.

Cet aîné d'une famille modeste de quatre enfants, qui soutenait le parti travailliste et habitait dans un logement social, a ensuite étudié le droit à l'université de Aberystwyth, puis à la Inns of Court School of Law de Londres.

Il a lui-même évoqué ses origines mêlées, notamment son grand-père paternel noir américain. "Mes cheveux étaient différents, ma couleur était différente, j'étais souvent battu, insulté et ça a duré toute mon adolescence", a-t-il dit dans une interview au magazine New Statesman.

Selon son propre site internet, il commence sa carrière comme avocat criminel à la City de Londres avant de devenir conseiller juridique pour des patrons de fonds d'investissements. Il conseille également des institutions financières et vit entre Chester et Bruxelles.

Il a prononcé son premier discours au sein de l'Ukip en 2010 lors du congrès annuel du parti avant de travailler comme porte-parole pour Nigel Farage.

Elu député européen en mai 2014 pour représenter le nord-ouest de l'Angleterre, il est arrivé en troisième position aux élections législatives de mai 2015 où il briguait un poste de député à Stockport, une ville de la banlieue de Manchester.

"Mes pensées vont à Steven, sa femme et sa fille", a indiqué Diane James sur Twitter.

mc/jk/ib