NOUVELLES
06/10/2016 08:26 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

Le pape et le chef des anglicans unis dans la plaisanterie

"Quelle est la différence entre un liturgiste et un terroriste ?": ce grand classique de l'humour chez les religieux a bien fait rire le pape François et l'archevêque de Canterbury Justin Welby jeudi lors d'une audience au Vatican.

Les journalistes présents n'ont pas entendu le chef des anglicans poser la question mais la chute n'a échappé à personne: "On peut négocier avec un terroriste !"

Et pour les vaticanistes, il ne fait guère de doute que la question portait bien sur la différence entre un terroriste et un liturgiste, un expert en sacrements souvent intransigeant.

Une courte vidéo postée sur Twitter par le porte-parole du Vatican, Greg Burke, montre les deux hommes hilares, Justin Welby tapant un grand coup sur le bureau du pape tandis que ce dernier le montre du doigt en riant.

Mercredi, l'ambiance était plus solennelle quand le chef des catholiques et celui des anglicans avaient célébré ensemble les vêpres en l'église San Gregorio al Celio, à Rome, afin de marquer leur proximité après 50 ans de rapprochement entre ces deux Eglises.

Ils ont néanmoins souligné dans un texte commun que de nouvelles divisions étaient apparues, "en particulier concernant l'ordination de femmes et des questions sur la sexualité".

Dans l'Eglise anglicane, les femmes peuvent être ordonnées depuis 1992 et représentent aujourd'hui un tiers du clergé.

L'anglicanisme est née d'une scission avec l'Eglise catholique au XVIe siècle, après le refus du pape d'accorder au roi Henri VIII l'annulation de son mariage. Les anglicans ne reconnaissent pas depuis lors l'autorité du pape.

cm/fcc/ob/mr