NOUVELLES
06/10/2016 10:17 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

L'Alberta ne s'unira pas à d'autres provinces pour s'opposer à la taxe carbone

EDMONTON — La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, n'est pas intéressée à faire front commun avec d'autres leaders provinciaux pour lutter contre l'imposition d'une taxe carbone annoncée par Ottawa.

Les premiers ministres de la Saskatchewan et de la Nouvelle-Écosse, Brad Wall et Stephen McNeil, ont vertement critiqué le projet du gouvernement libéral d'imposer une taxe de 10 $ par tonne de carbone à compter de 2018.

Mme Notley a précisé que l'Alberta n'appuierait pas la taxe tant que le gouvernement fédéral ne ferait pas progresser les nouveaux projets d'oléoducs vers les côtes canadiennes.

Après un discours donné devant les représentants des municipalités de sa province, jeudi matin, Mme Notley a déclaré n'avoir aucun intérêt à faire équipe avec MM. Wall et McNeil, parce que l'Alberta appuie, en principe, l'idée d'une taxe nationale sur le carbone.

La première ministre a ajouté qu'elle n'avait pas parlé à Justin Trudeau depuis l'annonce du projet fédéral, lundi, mais que la position de l'Alberta ne devrait pas être une surprise.

Elle n'a cependant pas voulu dire ce que fera l'Alberta si aucun progrès n'est constaté dans le développement des oléoducs, sauf pour souligner qu'Ottawa aurait des difficultés à implanter sa taxe sur le carbone sans la collaboration des provinces.