NOUVELLES
06/10/2016 05:03 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

L'Abitibi-Témiscamingue en deuil après le décès de Michel Pageau, l'homme qui parlait avec les loups

Les réactions se multiplient après l'annonce du décès de Michel Pageau. Le fondateur du Refuge Pageau d'Amos est décédé, hier, d'une embolie pulmonaire à l'âge de 75 ans. Le personnage était reconnu pour son amour des animaux. Depuis 1986, il accueillait des animaux blessés dans son refuge, les soignait, puis leur rendait la liberté.

« On va continuer de perpétuer tout ça »

Affaibli par la maladie depuis quelques années, Michel Pageau, avait cédé la direction du Refuge Pageau à sa fille Nathalie et son gendre, Félix Offroy. Ébranlé, ce dernier a livré ses commentaires à l'émission Des matins en or. « Michel, ça va toujours être à cause de ce monsieur-là, de mon ami, que le refuge est devenu ce qu'il est devenu. C'est deux : c'est les animaux, c'était Michel Pageau. Aujourd'hui, on va continuer de perpétuer tout ça pour continuer de pouvoir aider », dit-il.

Écoutez l'entrevue complète avec Félix Offroy ici.

Une « image forte »

Michel Pageau a été connu du grand public grâce notamment au documentaire, Il parle avec les loups, en 2001. Le Refuge Pageau est l'un des principaux fleurons de l'industrie touristique de l'Abitibi-Témiscamingue. Randa Napki, directrice générale de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, souligne qu'« on n'a qu'à reculer d'à peu près 20 ans dans l'histoire touristique de notre région, l'image forte de l'Abitibi-Témiscamingue, c'était Michel Pageau et son refuge. Je dis image forte, et je n'exagèrerais pas si je disais que c'était une image forte pour le Québec à l'international. Michel était connu aussi en France, dans la francophonie, en Europe. Donc, c'est un personnage qui a fait rayonner notre région vraiment au-delà de nos frontières. »

« Bon de nature »

« C'est sûr que ça fait mal », a déclaré le député d'Abitibi-Ouest, François Gendron, appelé à commenter la perte de ce grand bâtisseur de l'Abitibi-Témiscamingue. « Un tel homme très simple, très effacé, a réussi à propulser son image... c'est la région bien sûr, c'est le Québec tout entier et c'est même à l'international. Côté qualité humaine, c'est quelqu'un immensément généreux du coeur, bon de nature. Il avait la même bonté envers ceux qu'il aimait profondément, les animaux », a-t-il affirmé.

L'auteure française, Françoise Perriot, qui a rédigé la biographie de Michel Pageau, est attristée par cette nouvelle. « C'était quelqu'un de ma "famille de coeur" ou en tout cas, de ma "famille d'âme", dit-elle. Je suis tombée en amour pour toute cette bonté que l'on sentait en ce personnage absolument inouï, et également sa femme Louise. »

Le maire d'Amos, Sébastien D'Astous, a ajouté que « c'est un homme qui avait une passion et il a investi toute sa vie là-dedans. Il représentait l'espoir, il représentait la nature. Il attirait plus de 25 000 personnes par année. Il a permis à Amos de rayonner à l'international. Et il ne le faisait pas pour tout ça. Il le faisait pour l'amour des animaux. »

Depuis mercredi soir, les réactions affluent également sur les réseaux sociaux.

Plus de réactions suivront.