NOUVELLES
06/10/2016 05:40 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

Harcèlement sexuel: la GRC annoncera une entente à l'amiable

MONTRÉAL — La Gendarmerie royale du Canada annoncera jeudi une entente majeure concernant de multiples plaintes pour harcèlement sexuel dans ses rangs, ce qui pourrait voir des dizaines de millions de dollars être versés à des centaines de policières actuelles ou qui ont quitté ses rangs.

Le corps policier fédéral a accepté de régler d'éventuels recours collectifs intentés par deux anciennes policières, Janet Merlo et Linda Davidson, selon un responsable au fait du dossier.

Cette même source a indiqué à La Presse canadienne, sous le couvert de l'anonymat, que les femmes recevront une compensation financière en fonction des torts qu'elles ont subis.

D'autres femmes pourraient encore se joindre aux recours collectifs et il est donc impossible de savoir combien seront dédommagées. On s'attend toutefois à ce que des dizaines de millions de dollars soient versés à des femmes qui affirment avoir été harcelées, intimidées ou agressées.

La GRC tente depuis des années de lutter contre le harcèlement et l'intimidation, après avoir reçu de nombreuses plaintes. Il y a un peu plus de deux mois, elle a mis en place une nouvelle initiative pour éliminer l'inconduite sexuelle en milieu de travail, après la publication d'un rapport interne très critique sur la façon dont la GRC avait traité un cas «flagrant» survenu dans un collège de police.

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a aussi nommé l'ancienne vérificatrice générale Sheila Fraser pour conseiller la GRC sur les façons de modifier ses procédures de traitement des plaintes.