NOUVELLES
06/10/2016 08:22 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

Harcèlement au sein de la GRC : 100 millions de dollars et des excuses

Le commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Bob Paulson, a présenté jeudi ses excuses aux centaines d'employées de la police fédérale qui disent avoir été victimes de harcèlement sexuel et de discrimination.

« Nous vous avons fait du mal, et pour cela, nous nous excusons », a-t-il déclaré, la voix nouée, à l'occasion d'un point de presse à Ottawa.

Les plaignantes, a-t-il ajouté, ont été « marquées par la discrimination fondée sur le sexe, l'intimidation et le harcèlement ».

Une plainte avait été déposée en 2012 contre Ottawa par l'ex-agente de la GRC Janet Merlo. La plainte a encouragé d'autres policières ainsi que des employées civiles de la GRC à participer à cette action en justice. Une autre ex-employée de la GRC, Linda Davidson, a elle aussi intenté un recours collectif.

CBC avait toutefois appris que les deux recours collectif allaient être abandonnés et qu'un règlement à l'amiable avec compensation avait été conclu.

Jeudi, M. Paulson a confirmé cette entente, un reflet, dit-il, de la volonté de la GRC de changer sa culture d'organisation et de se transformer.

Ainsi, environ 1000 employés de la GRC pourront réclamer jusqu'à 100 millions de dollars pour harcèlement sexuel et discrimination.

Toute femme employée par la GRC depuis 1974 qui dit avoir été victime de harcèlement est par ailleurs admissible à une demande d'indemnisation.

L'ancien juge de la Cour suprême Michel Bastarache gèrera les cas et déterminera les compensations, regroupées en six niveaux, selon la gravité de la plainte. Le plus haut niveau de compensation pour les victimes pourrait atteindre environ 820 000 $.

L'entente à l'amiable entre les plaignantes et la GRC doit encore être approuvée par la Cour fédérale.

Janet Merlo et Linda Davidson, les deux ex-membres de la GRC qui ont intenté les recours collectifs, étaient également présentes lors du point de presse. « Ça a été un processus long et difficile », a confié jeudi Mme Davidson.