DIVERTISSEMENT
06/10/2016 06:45 EDT | Actualisé 06/10/2016 07:15 EDT

Gilles Vigneault soulève la question identitaire au dévoilement de sa murale

Radio-Canada.ca

La plus grande murale en mosaïque à Montréal rend hommage à un monument de la chanson québécoise, Gilles Vigneault.

Inaugurée jeudi dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, la murale a été réalisée par l'artiste Laurent Gascon, à l'initiative de la Société pour Promouvoir les Arts Gigantesques (SPAG).

L'œuvre, qui a pour titre Mon pays c'est l'hiver, mesure 10 mètres par 5 mètres et est située sur l'avenue Bourbonnière à l'angle de la rue Ontario Est.

« Cette murale magnifiquement réalisée en mosaïque par M. Laurent Gascon témoigne de notre reconnaissance à l'égard d'un immense artiste qui a contribué à façonner l'identité culturelle québécoise par ses poèmes, ses chansons, ses gigues et ses contes. M. Gilles Vigneault nous communique depuis 50 ans son amour de la langue française. », a déclaré le maire de Montréal Denis Coderre, présent lors de l'inauguration.

Vigneault aborde la question identitaire

Sur la murale, on peut voir Gilles Vigneault la tête haute et la bouche grande ouverte. Après une longue carrière, que lui reste-t-il encore à dire? À cette question, le poète québécois a répondu en faisant usage de la langue française comme seul il sait le faire.

Il semble qu'il y ait encore beaucoup à dire, et je pense que tout n'a pas été dit. Il faut arriver à ne pas avoir à ne pas parler d'identitaire, à ne pas avoir à émettre des lois et des règlements sur l'identitaire. Ce qui laisserait entendre que l'identitaire est disparu, qu'il n'existe plus. Il faut que l'identitaire cela sorte des gens naturellement et qu'on n'ait pas à l'identifier tous les jours. Surtout, qu'on n'ait pas à l'identifier contre quelque chose

Gilles Vigneault

Voir aussi:

Galerie photo «Gaya et le petit désert» de Gilles Vigneault Voyez les images