NOUVELLES
06/10/2016 08:51 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

Evacuation des côtes américaines à l'approche de l'ouragan Matthew, Haïti dévasté

Plus de deux millions d'Américains ont été sommés d'évacuer le littoral atlantique à l'approche jeudi de l'ouragan destructeur Matthew qui s'est renforcé et a fait au moins 108 morts à Haïti, dont la côte sud a été totalement dévastée.

La puissante dépression a fait au moins 108 morts à Haïti, a indiqué jeudi à l'AFP le ministre haïtien de l'Intérieur, François Anick Joseph. La zone touchée restait difficile d'accès 48 heures après que Matthew l'eut frappée de plein fouet.

L'ouragan, qui doit s'abattre sur la Floride dans la nuit de jeudi à vendredi, selon le centre américain de surveillance des ouragans (NHC), est repassé jeudi en catégorie 4 (sur une échelle de 5) à l'approche des côtes américaines, à un cran seulement de la catégorie la plus élevée de l'échelle Saffir-Simpson qui mesure ces phénomènes.

"C'est le plus puissant ouragan touchant cette zone depuis des décennies", selon le NHC.

"N'allez pas faire du surf, n'allez pas sur les plages. Vous serez tués", a mis en garde jeudi le gouverneur de Floride, Rick Scott, lors d'un point de presse au ton grave.

"Le temps presse", a-t-il souligné pour convaincre les habitants de se réfugier dans les abris le plus possible à l'intérieur des terres, alors que les vents pourraient souffler jusqu'à 240 km/h.

Il a annoncé avoir activé 1.000 membres supplémentaires de la Garde nationale, portant à 2.500 le nombre de militaires prêts à aider aux évacuations et à l'aménagement des abris. Quelque 4.000 gardes supplémentaires sont en alerte et peuvent être déployés rapidement.

- Evacuations 'insuffisantes' -

Le gouverneur a enjoint ses concitoyens à ne pas attendre la dernière minute pour prendre la route et risquer de se retrouver coincés dans des embouteillages ou faute d'essence.

Deux cliniques près de Jacksonville ont évacué leurs malades dans une caravane d'ambulances vers des hôpitaux à l'intérieur des terres.

En Caroline du Sud, déjà frappée en 2015 par de graves inondations, plus d'un million de personnes vivant près des côtes ont reçu l'ordre de se réfugier dès mercredi à l'intérieur des terres.

Mais la gouverneure Nikki Haley les a jugées jeudi "insuffisantes", prévenant que les eaux pourraient monter "beaucoup plus loin à l'intérieur des terres que les gens ne l'imaginent".

La Géorgie a elle aussi jeudi donné l'ordre d'évacuer six comtés de son littoral, à l'est de l'autoroute I95, à l'approche de Matthew qui devrait frapper ses côtes samedi.

Les candidats à la Maison Blanche Hillary Clinton et Donald Trump ont exhorté les habitants à bien évacuer, même si certains semblaient défier les ordres.

Judy Ruscino, 74 ans, explique qu'elle et son mari se sont mis à l'abri dans leur garage à Daytona Beach: "ça ne va pas être beau, mais nous avons du sable, nous avons acheté de la nourriture et la porte du garage est protégée contre les tempêtes".

Battues par les vents, plusieurs plages et villes de Floride d'ordinaire fréquentées par les touristes étaient désertées, tandis que piles, bouteilles d'eau et conserves venaient à manquer sur les étalages de certains supermarchés.

Quatre-vingt-dix pour cent des vols prévus jeudi à Miami ont été annulés, selon les autorités aéroportuaires.

Des millions d'habitants devraient être bientôt privés de courant, a prévenu le gouverneur de Floride.

- 'Le vent poussait, poussait' -

La puissance dévastatrice de Matthew balaye pour le moment le centre de l'archipel des Bahamas où des habitants qui avaient refusé d'évacuer se sont retrouvés piégés dans leur maison.

Le vent a complètement détruit l'entrée d'un centre de conférence à Paradise Island. "Le vent poussait, poussait et ça secouait", a raconté à l'AFP une employée du Beach Tower, dans l'immense complexe touristique Atlantis dont les clients se sont réfugiés dans les salles de réception.

Avec des vents de 220 km/h et des rafales encore plus fortes, la dépression se trouvait à 15H00 GMT à 40 km à l'ouest de Nassau et à 290 km au sud-est de West Palm Beach, une station balnéaire à une centaine de kilomètres au nord de Miami, selon le NHC.

Il y a "un risque d'inondations meurtrières ces 36 prochaines heures le long des côtes est de Floride, Géorgie, et Caroline du Sud", selon les météorologues.

L'armée américaine a mis à l'abri plusieurs navires et avions, et son agence aérospatiale de renseignement militaire, la NGA, a créé un site dédié à l'ouragan (http://nga.maps.arcgis.com) pour y recenser dommages et routes coupées.

- 'Plus personne n'a de maison' -

Haïti a été particulièrement touché. Le bilan s'est alourdi jeudi, passant de 23 à au moins 108 morts, selon le gouvernement.

Sa côte sud, où 50 morts ont été recensés dans la seule commune de Roche-à-Bateau, est complètement "dévastée", selon le député Ostin Pierre-Louis. "Plus personne n'a de maison. Je ne sais pas quoi faire pour aider ces gens car on n'a reçu aucune aide", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le département de la Grande Anse est resté coupé du reste du pays pendant plus de 18 heures.

Très vulnérable aux aléas climatiques en raison de l'importante déforestation et peinant encore à se relever du séisme de 2010 qui avait fait plus de 200.000 morts, le pays le plus pauvre de la Caraïbe craint en outre la résurgence du choléra.

bur-are/elc