NOUVELLES
06/10/2016 00:44 EDT | Actualisé 06/10/2017 01:12 EDT

En Birmanie, rares démissions après un scandale d'enfants esclaves

Quatre membres de la commission des droits de l'Homme de Birmanie ont démissionné jeudi après le scandale suscité par l'inaction de leur institution, qui avait été alertée de l'esclavage de deux jeunes adolescentes.

Cette démission est un cas rare de fonctionnaires ayant été tenus de rendre des comptes, dans un pays dirigé depuis mars par la Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi.

Ils ont été "autorisés à partir", selon l'expression utilisée par l'administration du président Htin Kyaw, un proche d'Aung San Suu Kyi qui avait demandé une enquête sur les failles de l'Etat dans cette affaire.

En septembre, l'affaire de ces deux adolescentes qui disent avoir été maltraitées pendant cinq ans par la famille d'un tailleur de Rangoun, la capitale économique, a soudain mis l'opinion et le gouvernement face au phénomène de l'emploi des enfants.

Engagées comme domestique à 11 et 12 ans, les deux adolescentes, aux corps marqués de cicatrices, auraient été exploitées, battues, à peine nourries, non payées et autorisées à dormir seulement quelques heures par nuit.

Leurs parents n'ont obtenu tout au long des années aucune aide de la police. Et la commission des droits de l'Homme, alertée, n'avait pas fait remonter l'affaire, finalement révélée par un journaliste local.

La commission s'était contentée de négocier une compensation de moins de 4.000 euros pour les victimes, sans recommander l'ouverture d'une procédure judiciaire.

Cette commission est composée de 11 membres, dont certains sont en place depuis l'époque de la junte militaire autodissoute en 2011.

Le procès de six membres de la famille accusée d'avoir maltraité les deux enfants engagées à son service a débuté à Rangoun. Il est au point mort pour l'heure, dans l'attente que trois d'entre eux trouvent un avocat.

Selon le dernier recensement réalisé en 2014, un enfant sur cinq entre 10 et 17 ans travaille dans le pays - soit 1,7 million de personnes, la plupart venant de familles paysannes pauvres envoyant leurs enfants travailler en ville.

zz-cah-dth/cr