NOUVELLES
06/10/2016 14:42 EDT | Actualisé 07/10/2017 01:12 EDT

Adolescente trisomique en fugue : les parents lancent un appel à l'aide

Une adolescente handicapée originaire de la Gaspésie, Mélissa-Jodie Leblanc, est disparue depuis six jours du Centre jeunesse de Joliette. Ce qui complique encore plus les choses, c'est que l'adolescente de 17 ans est atteinte d'une forme de trisomie.

Mélissa-Jodie Leblanc, originaire de Grande-Rivière, est disparue vendredi dernier à la suite d'une sortie autorisée du centre jeunesse où elle réside depuis trois ans, dans la région de Lanaudière. Ce n'est pas sa première fugue, mais chaque fois, elle rentrait après un jour ou deux. On ne l'a pas revue depuis près d'une semaine. Ses parents ont décidé de lancer un appel à l'aide jeudi.

Mélissa est une personne qui souffre de trisomie 15, une forme rare de déficience génétique moins sévère que la trisomie 21. Elle doit aussi prendre une médication pour l'anxiété. « Mélissa a 17 ans, mais elle a l'âge mental d'une personne de deuxième année. Elle ne retient pas les numéros de téléphone, par exemple. Alors je suis vraiment inquiète », mentionne sa mère, Gaétanne Méthot.

Il n'est pas commun qu'une jeune personne handicapée habite un centre qui accueille généralement des délinquants. Mais les responsables du Centre jeunesse de Joliette expliquent que Mélissa a des problèmes de comportement.

L'adolescente participe à un programme pour développer son autonomie afin qu'elle puisse être capable de fonctionner lorsqu'elle sortira du centre jeunesse l'an prochain, quand elle aura 18 ans.

Son père, Jean-Guy Leblanc, que nous avons rejoint à Grande-Rivière en Gaspésie, croit qu'elle ne devrait pas être dans un centre avec des jeunes délinquants.

« Ça fait plusieurs fois que ça arrive et plus ça va, pire c'est. Ce n'est pas sa place, les centres jeunesse et la DPJ. Parce que ce n'est pas un enfant qui a fait des coups ou des affaires comme ça. Mais il y a juste ces places-là pour essayer de l'encadrer », explique le père de l'adolescente.

Les personnes ayant des informations à ce sujet sont priées de communiquer avec la Sûreté du Québec.

D'après le reportage de Paul Huot