NOUVELLES
04/10/2016 07:42 EDT | Actualisé 04/10/2016 07:45 EDT

Trois bébés québécois sur 10 ont au moins un parent né à l'étranger

Shutterstock / Evgeny Atamanenko

Parmi les 86 800 bébés québécois nés en 2015, 3 sur 10 ont au moins un parent né à l'extérieur du Canada. Une proportion à la hausse depuis plusieurs années, selon les données sociodémographiques publiées mardi par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Cette proportion est passée de 21 % à 30 % entre 2000 et 2015, en comparaison avec celle de l'année 1980, où elle représentait 13 % des naissances globales enregistrées au Québec.

Cette hausse s'explique principalement par l'augmentation des naissances dont les deux parents sont nés à l'étranger.

Les enfants nés d'une mère et d'un père immigrants comptaient pour 13 % des naissances en 2000, alors qu'ils en représentent 20 % en 2015, d'après le portrait sociodémographique dressé par l'ISQ.

Quant à la proportion des nouveau-nés dont un des parents est né à l'étranger et l'autre au Canada, elle est de 10 %, alors qu'elle était de 8 % en 2000, indique l'ISQ.

Maroc, Algérie et Haïti

Les principaux pays de naissance des parents nés à l'étranger sont respectivement le Maroc (2,3 %), l'Algérie (2, 2 %) et Haïti (1, 5 %).

Ce trio occupe la tête du classement depuis 2002 et représente environ 6 % de l'ensemble des naissances et le quart des naissances de mères immigrantes en 2012, dernière année pour laquelle les données finales sont disponibles.

Montréal Est, tête d'affiche

Si dans l'ensemble du Québec, 30 % des nouveau-nés de 2015 ont au moins un parent né à l'extérieur du Canada, il est important de noter que cette proportion cache une grande disparité entre les différentes régions administratives.

D'après les données les plus récentes, celles de 2012, Montréal-Est a affiché la part la plus élevée de naissances ayant au moins un parent né à l'étranger. La proportion représentait 66 % des naissances globales, soit les deux tiers.

Laval connaît aussi une part importante. En 2012, la proportion représentait 50 %, soit une naissance sur deux.

« Il n'est pas si étonnant que Montréal se démarque ainsi puisqu'elle est la principale région d'accueil des immigrants internationaux admis au Québec », lit-on dans le rapport de l'ISQ.

Alors que dans les régions de la Capitale-Nationale, l'Estrie, Lanaudière et les Laurentides, la part variait entre 11 % et 15 %, la proportion la plus faible en 2012 était de 2 % dans le Nord-du-Québec.

Voir aussi:

Galerie photo 39 photos sublimes de mères allaitant leur bébé Voyez les images