NOUVELLES
04/10/2016 09:54 EDT | Actualisé 04/10/2016 09:54 EDT

Le plus haut tribunal sportif réduit la suspension de Maria Sharapova à 15 mois au lieu de deux ans

Grigory Dukor / Reuters
Russia's Maria Sharapova reacts as she watches compatriot Ekaterina Makarova play against Kiki Bertens of the Netherlands during their Fed Cup World Group tennis match in Moscow, February 6, 2016. REUTERS/Grigory Dukor

Le plus haut tribunal sportif a réduit la suspension de Maria Sharapova à 15 mois au lieu de deux ans.

La décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) signifie que la vedette de tennis russe sera en mesure d'effectuer un retour à la compétition en avril 2017, à temps pour les Internationaux de tennis de France.

Sharapova, quintuple championne en Grand Chelem et ancienne no 1 mondiale, a échoué un test de dépistage au meldonium aux Internationaux d'Australie en janvier et la Fédération internationale de tennis lui a imposé une suspension de deux ans.

Elle a déposé un appel au TAS en juin.

Le comité d'appel a jugé qu'elle "portait un certain degré de responsabilité dans la faute" pour ce test positif "pour lequel une sanction de 15 mois est appropriée."

La suspension est entrée en vigueur le 26 janvier.

Elle en avait appelé de cette suspension de deux ans, estimant la sanction "injustement sévère".

Sharapova a avoué avoir pris du meldonium avant chaque match à Melbourne, affirmant qu'elle ignorait que la substance figurait sur la liste des substances interdites de l'Agence mondiale antidopage à compter de 2016.

Elle a expliqué que ce médicament utilisé pour les problèmes cardiaques lui a été prescrit depuis 2006. Le meldonium, également connu sous le nom Mildronate, n'est pas autorisé aux États-Unis où elle réside.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Maria Sharapova à Roland Garros Voyez les images