NOUVELLES
02/10/2016 16:52 EDT | Actualisé 03/10/2017 01:12 EDT

Santos: "Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix" en Colombie

Le président Juan Manuel Santos a reconnu la défaite au référendum organisé dimanche sur les accords de paix avec la guérilla des Farc, pour en terminer avec 52 ans de conflit armé en Colombie.

"Je ne me rendrai pas et continuerai à rechercher la paix", a cependant déclaré le chef de l'Etat dans une allocution télévisée, alors que les résultats de 99,95% des bulletins dépouillés donnaient 50,21% au "Non" et 49,78% au "Oui" à cet accord, négocié pendant près de quatre ans à Cuba avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes).

"Je vous ai convoqués pour que vous décidiez de soutenir ou pas ce qui a été accordé pour la fin du conflit avec les Farc, et la majorité, bien que d'une très étroite marge, a dit que Non", a dit M. Santos, en ajoutant "l'autre moitié du pays à dit que Oui".

Il a affirmé que "le cessez-le-feu et l'arrêt des hostilités bilatéral et définitif reste valide et restera en vigueur" comme il l'a été depuis son entrée en application le 29 août, quelques jours après la conclusion le 24 août des accords à La Havane, signés ensuite par M. Santos et le chef des Farc, Timoleon Jiménez ou Timochenko, le 26 septembre.

"Demain (lundi), je convoquerai toutes les forces politiques - et en particulier celle qui se sont manifestées aujourd'hui pour le Non - afin de les écouter, d'ouvrir des espaces de dialogue et décider du chemin à suivre", a annoncé le président colombien. Le camp du "Non" était mené par l'ancien président Alvaro Uribe.

"J'ai donné des instructions au chef négociateur du gouvernement (Humberto de La Calle) et au haut commissaire de paix (Sergio Jaramillo) afin qu'ils se rendent demain même à La Havane pour informer les négociateurs des Farc du résultat de ce dialogue politique", a précisé M. Santos.

Le référendum, non obligatoire, avait été voulu par le président Juan Manuel Santos afin de donner la "plus large légitimité" possible à l'accord signé avec les Farc.

Près de 34,9 millions d'électeurs étaient appelés à répondre par "Oui" ou par "Non" à la question: "Soutenez-vous l'accord final d'achèvement du conflit et de construction d'une paix stable et durable?", titre du document de 297 pages issu des pourparlers, délocalisés à La Havane.

Selon les résultats quasi-définitifs peu après 19h30 (00h30 GMT), la participation à ce scrutin crucial n'a été que de 37,43%.

fpp/ka/gde