NOUVELLES
02/10/2016 04:32 EDT | Actualisé 03/10/2017 01:12 EDT

Ricciardo couronné en Malaisie, Hamilton contraint à l'abandon

L'Australien Daniel Ricciardo (Red Bull) a remporté le Grand Prix de Malaisie, 16e des 21 manches du Championnat de Formule 1, devant son coéquipier néerlandais Max Verstappen et l'Allemand Nico Rosberg (Mercedes) dimanche à Sépang.

Rosberg, malgré une pénalité de 10 secondes pour avoir accroché le Finlandais Kimi Raikkonen, consolide sa première place au classement des pilotes.

Son dauphin et coéquipier, le Britannique Lewis Hamilton, a été contraint à l'abandon alors qu'il occupait la tête de la course au 41e des 56 tours, à cause d'un bris au niveau du moteur.

Rosberg compte désormais 23 points d'avance sur Hamilton. Il reste maintenant cinq Grand Prix à disputer et donc 125 points à distribuer.

Ricciardo a livré un combat spectaculaire pour contenir les assauts du très jeune Verstappen (19 ans depuis vendredi), Il a signé la quatrième victoire de sa carrière. Sa première cette saison, après quatre deuxièmes positions au courant de l'année.

Mauvaise journée pour Hamilton

Le résultat final a donc été largement conditionné par l'abandon de Lewis Hamilton, le champion du monde en titre qui occupait la tête après un début de course parfait.

Le pilote est resté un long moment prostré en bord de piste, aux côtés de sa voiture dont le moteur était en feu. Assurément, l'image marquante du Grand Prix.

« Quelqu'un ne veut pas que je gagne cette année », s'est emporté le champion du monde en titre après la course.

« Ma question (s'adresse) à Mercedes: nous fabriquons tellement de moteurs, mais seuls les miens ont des problèmes cette année... Quelqu'un doit me donner des réponses parce que ce n'est pas acceptable », a-t-il ajouté.

Le pilote est ensuite revenu à de meilleurs sentiments sur sa page Facebook.

« Aujourd'hui, ma douleur est indescriptible [...] Mais j'ai 100% confiance en mon équipe. Ils ont travaillé tellement dur, à la fois sur la piste et à l'usine: je veux leur dire un grand merci, a-t-il écrit, avant de promettre de se relever. Nous sommes des champions, nous allons aller de l'avant. Je ne vais, nous n'allons, jamais abandonner. »

Mercedes, qui pouvait remporter le titre de meilleure écurie dès ce dimanche, devra encore patienter le temps d'un Grand Prix au moins.

Combler un très gros retard

Sur une piste à 52 degrés Celsius (32 degrés dans l'air), la course avait d'abord connu une entame spectaculaire, dès le premier virage et un incident, l'Allemand Sebastian Vettel accrochant son compatriote Nico Rosberg dans une manoeuvre trop audacieuse.

Le pilote Ferrari, vainqueur à Sépang en 2015, a été contraint à l'abandon (bris de suspension avant gauche) tandis que Rosberg était la victime de cet accrochage en étant relégué à la 17e place.

« Au premier virage, je me suis dit que tout était fini. Je suis donc heureux d'avoir pu remonter jusqu'au podium, même si j'avais pensé vivre une meilleure journée. Tout ne se termine heureusement pas trop mal. Je garde le même état d'esprit pour les prochains Grand Prix: à l'attaque », a déclaré le meneur au Championnat du monde.

Dans une conversation radio entre son équipe et lui, on a entendu le Néerlandais Max Verstappen, impliquer lui aussi dans l'accrochage, qualifier Vettel « d'idiot » et de « fou ».

« J'avais le sentiment que je pouvais gagner jusqu'à ce que la dernière voiture de sécurité (virtuelle) nous ralentisse. Ce n'est pas la fin que j'espérais. C'est la course, il faut parfois de la chance. Parfois, on a de la chance, parfois pas. Je suis content pour l'équipe. Un doublé, c'est un superbe résultat. Avec Daniel (Ricciardo) nous avons montré que nous pouvions nous battre de manière propre. »

Rosberg ne s'est pas démonté et est peu à peu remonté dans le classement, jusqu'à atteindre le podium.

Six pilotes ont été contraints à l'abandon, notamment le Français Sébastien Grosjean victime de problèmes de frein en début de course.

Le prochain Grand Prix est programmé dimanche prochain à Suzuka au Japon.