NOUVELLES
02/10/2016 01:46 EDT | Actualisé 03/10/2017 01:12 EDT

Philippines: Abou Sayyaf libère trois matelots indonésiens

Les islamistes d'Abou Sayyaf ont libéré trois matelots indonésiens enlevés en mer, ont annoncé dimanche les autorités philippines.

Les trois otages ont été remis par les islamistes au chef rebelle musulman Nur Misuari, qui les a remis à son tour dimanche aux autorités, sur l'île méridionale de Jolo.

Le négociateur gouvernemental chargé de la paix, Jesus Dureza, a déclaré à l'AFP que les choses s'étaient passées "sans encombres". Le groupe, qui a décapité deux Canadiens, retiendrait encore une dizaine d'otages philippins et étrangers.

Les trois otages font partie d'un groupe de matelots indonésiens enlevés par Abou Sayyaf en juin, selon Manille.

Les conditions de leur libération n'ont pas été dévoilées. De manière générale, Abou Sayyaf, qui s'est fait une spécialité des enlèvements crapuleux, ne laisse pas partir ses otages s'il n'a pas reçu de rançon conséquente.

C'est la troisième fois au cours des dernières semaines que Nur Misuari, chef du Moro National Liberation Front (MNLF), un mouvement rebelle, aide le gouvernement à obtenir la libération d'otages.

Le MNLF a ouvert des négociations de paix avec le gouvernement de Rodrigo Duterte après des décennies d'insurrection.

Abou Sayyaf ne participe pas au processus.

A la mi-septembre, un otage norvégien enlevé en 2015 et trois Indonésiens ont été libérés par Abou Sayyaf et remis à Nur Misuari.

Quelques jours plus tard, un autre matelot indonésien était également libéré et remis au MNLF.

Selon des sources militaires, Abou Sayyaf retient encore un otage néerlandais, cinq malaisiens, deux indonésiens et quatre philippins.

Le groupe a décapité deux otages canadiens ces derniers mois.

Abou Sayyaf est une ramification extrémiste de l'insurrection séparatiste musulmane qui a fait plus de 100.000 morts depuis les années 1970 dans l'archipel.

Considéré comme une organisation terroriste par Washington, il a été fondé au début des années 1990 avec des financements du réseau Al-Qaïda.

Basé dans les îles reculées du sud des Philippines où la majorité des habitants sont musulmans, Abou Sayyaf a extorqué des millions de dollars de rançon et les analystes jugent qu'il s'agit plus d'un groupe crapuleux que d'un mouvement idéologique.

strs-mm/ev/cr