NOUVELLES
02/10/2016 12:07 EDT | Actualisé 03/10/2017 01:12 EDT

Les Alouettes déploient (enfin) leurs ailes

MONTRÉAL - Peut-être y a-t-il plus d'astronautes canadiens qui peuvent aller dans l'espace que d'entraîneurs dans la Ligue canadienne de football (LCF), dixit Jacques Chapdelaine, le nouveau pilote des Alouettes de Montréal, mais ses joueurs avaient les pieds bien ancrés sur terre dimanche après-midi, au stade Percival-Molson.

Un texte de Alexandre Gascon

Une analogie spatiale au football, c'est plutôt rare, on en conviendra. Elle s'appliquait pourtant à Chapdelaine qui dirigeait son premier match dans la LCF après y avoir roulé sa bosse pendant 16 ans.

Et son ère a commencé de la meilleure des façons, avec une victoire convaincante de 31-11 de sa bande contre les Argonauts de Toronto (5-9).

Si l'attaque des Alouettes peut garder son erre d'aller, l'équipe deviendra certainement dangereuse comme en font foi les quatre passes de touché de Rakeem Cato. La défense de son côté a accompli du bon travail, comme elle a su le faire plus souvent qu'autrement cette saison.

Après le retrait du poste d'entraîneur à Jim Popp, après les sorties anonymes des joueurs contre leur directeur général, après les chicanes de famille entre Duron Carter et Rakeem Cato entre autres, voilà un petit cataplasme sur une plaie béante.

Il s'agit de la première victoire montréalaise depuis le 19 août. L'équipe met fin à une mauvaise séquence de quatre défaites d'affilée.

Les Alouettes (4-9) stagnent toujours dans les bas-fonds du classement de la division Est, mais un peu d'espoir point au bout du tunnel.

Départ en force

Chapdelaine est un spécialiste de l'attaque. Voilà justement où le bât blessait chez les Alouettes cette saison.

Sa « structure », tant évoquée, n'a pas tardé à se mettre en place.

Le quart Rakeem Cato a rejoint Kenny Stafford sur une distance de 48 verges dès le premier jeu à l'attaque. Les Argos n'avaient pas eu le temps de s'en remettre que Samuel Giguère captait une remise de 15 verges de Cato et Montréal prenait son envol 7-0.

Le premier quart s'est conclu sur cette marque, malgré un échappé provoqué par le secondeur montréalais Kyries Hebert et recouvré par son coéquipier Ramon Taylor. Un revirement qui fut sans conséquence pour les Argonauts.

Lentement, mais sûrement, l'attaque hébétée de Toronto en début de match a retrouvé un peu d'aplomb.

La, jusqu'alors efficace, défense des Alouettes s'est mise à reculer et protéger les zones profondes laissant le quart des Argos, Drew Willy, attaquer l'espace vacant et engranger de courts gains.

Toronto s'est rapproché au score grâce à un placement de Lirim Hajrullahu, mais Montréal a repris immédiatement ses distances sur la séquence à l'attaquante suivante, bien servi par le retour de botté inspiré de 70 verges de Stefan Logan.

Cato s'est réconcilié avec Kenny Stafford, avec qui il a eu quelques démêlés au cours des dernières semaines, le temps d'une passe de sept verges et d'un touché, premier majeur de la saison pour le receveur éloigné.

De retour de la deuxième demie avec une courte avance de 14-8, les Alouettes ont remis la pression sur leurs adversaires avec le deuxième touché du match de Stafford sur une passe profonde dans la zone des buts.

Toronto a bien rétréci l'écart avec le troisième botté de placement de la rencontre de Hajrullahu, mais rien n'y faisait.

Cato et sa troupe ont répliqué, par voie aérienne évidemment, dès la possession suivante. B.J. Cunningham a capté le ballon sur 15 verges au dernier jeu du troisième quart pour mettre le match définitivement hors de portée des Argonauts, 31-11.

Les statistiques du match

  • Rakeem Cato (Montréal) : quatre passes de touché, 210 verges par la passe
  • Tyrell Sutton (Montréal) : 10 courses, 83 verges de gain
  • Kenny Stafford (Montréal) : trois réceptions de passe, 60 verges de gain
  • Brandon Whitaker (Toronto) : 12 courses, 95 verges de gain