NOUVELLES
02/10/2016 19:28 EDT | Actualisé 03/10/2017 01:12 EDT

Le pétrole à la baisse en Asie

Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, lundi en Asie, où les investisseurs continuaient de digérer l'annonce la semaine dernière d'un accord surprise de l'Opep pour réduire l'excès d'offre.

Mercredi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a pris la décision surprise de ramener sa production à un niveau de 32,5 à 33 millions de barils par jour, contre 33,47 mbj en août, selon l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

De nombreuses questions demeurent cependant quant à la mise en oeuvre de cet accord et aux niveaux de production qui seront applicables à chaque pays. Une réunion le 30 novembre devrait permettre d'y voir plus clair.

"Le marché est en train de digérer les implications de l'accord préliminaire à l'Opep", a déclaré Jeffrey Halley, analyste chez OANDA.

Vers 03H00 GMT, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, reculait de 28 cents à 47,96 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne du brut, également pour livraison en novembre, cédait 24 cents à 49,95 dollars.

En dépit d'une hausse initiale de 6% après l'annonce de l'accord la semaine dernière, les cours ont depuis reflué.

Angus Nicholson, analyste chez IG Markets à Melbourne, a estimé que les doutes sur la mise en oeuvre de l'accord pesaient fortement sur le moral des investisseurs. L'Irak a notamment mis en doute les estimations des niveaux de production faites par l'Opep.

Le front uni se fissure déjà, a-t-il observé, et les interrogations de l'Irak en sont un exemple.

"Il y a en outre d'importantes questions sur la façon dont se détermineront les niveaux de production", a déclaré M. Nicholson dans une note. "Les obstacles seront élevés pour parvenir en novembre à un compromis sur la mise en oeuvre de l'accord."

Les cours ont perdu plus de la moitié de leur valeur depuis 2014, quand le pétrole se négociait 100 dollars. La faute à une offre bien trop importante, fruit du boom des hydrocarbures de schiste américains et de la stratégie de l'Opep d'ouvrir à fond les robinets pour maintenir ses parts de marché.

mba-jac/juf