NOUVELLES
02/10/2016 11:58 EDT | Actualisé 03/10/2017 01:12 EDT

L'armée syrienne incite les rebelles à déposer leurs armes et à quitter Alep

BEYROUTH — Les rebelles syriens et les forces gouvernementales se sont affrontés dans plusieurs zones d'Alep, en Syrie, dimanche, alors que l'armée syrienne a appelé les militants à rendre leurs armes et à quitter la deuxième ville en importance au pays.

Un jour après que les troupes progouvernementales eurent pris le contrôle de la colline stratégique d'al-Shuqeef, dans le nord de la ville, l'Observatoire syrien des droits de l'homme a fait état de combats nourris dans les alentours, ainsi que dans le quartier Bustan al-Basha.

Les troupes gouvernementales ont par ailleurs tenté de pénétrer dans la partie est de la ville qui est contrôlée par les rebelles, étant aidées par les frappes aériennes des avions syriens et russes. L'armée du président syrien Bachar Al-Assad dépend de l'aide fournie par les Russes et les milices appuyées par l'Iran.

Un porte-parole de la faction rebelle Harakat Nour al-Din al-Zenki a dit à l'Associated Press que les combattants étrangers participaient activement aux côtés des troupes gouvernementales dans les batailles au sol. Les rebelles ont pu identifier des soldats libanais et irakiens par leurs drapeaux.

Ailleurs au pays, une frappe aérienne a ciblé un bastion rebelle à Hama, au centre du pays, tuant au moins six militants, selon l'Observatoire. Il s'agit d'un revers pour les rebelles, qui tentaient d'avancer dans la ville contrôlée par le gouvernement.

Le chef de l'humanitaire aux Nations unies Stephen O'Brien, a déploré que le système de santé à l'est d'Alep ait été «pratiquement anéanti» par les bombardements.

Les établissements de santé sont «touchés un à un», a-t-il soutenu, appelant à une trêve humanitaire de 48 heures, chaque semaine. L'ONU estime que 275 000 personnes sont assiégées par le gouvernement dans cette zone.

«Nous sommes dans une course contre la montre pour protéger et sauver des civils dans l'est d'Alep. Ils ont besoin d'action urgente pour mettre un terme à leur véritable enfer», a-t-il ajouté.

L'un des plus grands hôpitaux d'Alep, situé dans le quartier Sakhour, a été touché par les tirs aériens, samedi, selon des médecins et des militants.