NOUVELLES
02/10/2016 01:10 EDT | Actualisé 02/10/2017 01:12 EDT

Iran: quelque 400 fonctionnaires trop payés devront être jugés (rapport)

Près de 400 fonctionnaires iraniens ayant indûment perçu des salaires trop élevés devront être jugés, selon les conclusions d'un audit présenté dimanche devant le Parlement à Téhéran.

Ce rapport, commandé par le Parlement à la suite du scandale des "salaires exorbitants" révélé en mai en partie par les milieux les plus conservateurs opposés au gouvernement du président modéré Hassan Rohani, souligne que 397 fonctionnaires percevaient au moins 6.000 dollars par mois (5.340 euros), alors que le salaire moyen dans la fonction publique est de 400 dollars/par mois (355 euros).

Des dirigeants de grandes entreprises publiques pouvaient gagner jusqu'à 20.000 dollars/mois (17.800 euros), voire beaucoup plus dans certains cas.

Ali Larijani, président conservateur modéré du Parlement, a affirmé que ces salaires portaient atteinte à l'image du secteur public et que des poursuites judiciaires avaient été lancées contre les 397 fonctionnaires surpayés.

"J'espère que (le rapport d'audit) sera la base d'une réforme fondamentale dans le pays, de sorte que des individus ne puissent plus" profiter de tels avantages, a-t-il dit. M. Larijani a précisé qu'outre les poursuites, les contrevenants devraient rembourser les somme trop perçues, en précisant qu'à ce jour, 1,8 million de dollars avaient été remboursés.

A la suite du scandale, le gouvernement avait annoncé décidé fin juillet de plafonner à 6.100 dollars (5.540 euros) les salaires mensuels des dirigeants du secteur public.

Le guide suprême Ali Khamenei était lui-même monté au créneau pour dénoncer ces énormes salaires et plusieurs dirigeants du secteur public avaient dû démissionner.

La publication des fiches de paie de responsables du secteur public avait terni l'image du gouvernement de Hassan Rohani, à un an de la présidentielle à laquelle il doit se représenter pour un second mandat de quatre ans.

bur-stb/hj