NOUVELLES
30/09/2016 12:32 EDT | Actualisé 01/10/2017 01:12 EDT

MH17: l'ambassadeur de Russie convoqué aux Pays-Bas après les réactions russes

L'attitude de la Russie jugeant "biaisés" les premiers résultats de l'enquête pénale internationale sur les causes de la destruction en 2014 de l'avion du vol MH17 est "inacceptable", a fait savoir vendredi le gouvernement néerlandais.

Le ministre des Affaires étrangères Bert Koenders a convoqué vendredi l'ambassadeur de Russie à La Haye et l'a informé qu'il jugeait inacceptables les "critiques infondées" envers "le professionnalisme, l'intégrité et l'indépendance du parquet néerlandais", chargé de coordonner l'équipe d'investigation conjointe (JIT).

"Etant donné la nature convaincante des preuves, la Russie devrait respecter les résultats qui ont été présentés, plutôt que de remettre en question l'investigation et de semer le doute", a déclaré M. Koenders, cité dans un communiqué.

La diplomatie russe a répondu dans la soirée, en soulignant "le rejet total par la partie néerlandaise de toute critique, même argumentée, des résultats préliminaires de l'enquête criminelle".

Ces résultats préliminaires "sont présentés comme les seuls éléments de vérité, ne tolérant aucun doute ou objection", a ajouté Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, dans le communiqué.

Mercredi, la Russie avait rejeté les résultats de l'enquête, qui la mettaient en cause. "Les conclusions du parquet néerlandais confirment que l'enquête est biaisée et politiquement motivée", avait déclaré la porte-parole.

Les premiers résultats de l'enquête internationale sur la destruction le 17 juillet 2014 du Boeing de la compagnie Malaysia Airlines ont établi que le lance-missiles BUK avait été acheminé de Russie, et que le tir avait eu lieu depuis une zone contrôlée par les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.

L'ensemble des 298 personnes présentes à bord de l'appareil reliant Amsterdam à Kuala Lumpur, passagers et membres de l'équipage, en majorité de nationalité néerlandaise, avaient été tuées.

Moscou et les séparatistes démentent toutefois cette version et pointent du doigt les forces ukrainiennes tandis que l'Ukraine a conclu à "l'implication directe" de Moscou dans la destruction du Boeing 777 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères a également appelé la Russie à "continuer à collaborer pleinement à l'enquête et aux poursuites et procès ultérieurs", d'après le communiqué.

Les enquêteurs ont identifié une centaine de personnes "ayant joué un rôle actif" dans le drame mais n'ont pas encore de suspects officiels.

shm/jhe/lpt/ib