NOUVELLES
30/09/2016 10:40 EDT | Actualisé 01/10/2017 01:12 EDT

Incitation au terrorisme sur Telegram: un Français condamné à deux ans de prison ferme

Un homme de 29 ans a été condamné vendredi en France à quatre ans de prison, dont deux avec sursis, pour avoir incité sur la messagerie cryptée Telegram un correspondant à commettre un attentat.

Le prévenu a assuré devant le tribunal correctionnel de Paris qu'en réalité il plaisantait et se moquait de ses correspondants radicalisés en se faisant passer pour l'un des leurs.

Son avocat, Me Martin Méchin, a estimé que cette peine était "inadaptée" et que son client ne présentait "aucune dangerosité". Le prévenu, prénommé Youssef, était fiché par les services de renseignement français mais aucun élément du dossier n'indique pour quelle raison.

Cet homme a expliqué avoir été contacté via Facebook par des correspondants "plus ou moins radicalisés" qui lui parlaient de religion et qui l'ont invité à échanger avec eux sur la messagerie cryptée Telegram.

Ce réseau de messagerie, dont les forums de discussion ne sont accessibles que sur invitation, est considéré aujourd'hui comme l'un des moyens de communication préférés des jihadistes.

L'accusation reproche à Youssef d'avoir, au cours de ses échanges, incité un jeune homme à se rendre en Syrie et un autre à commettre un attentat.

Le prévenu a expliqué qu'auprès de ces correspondants, il jouait "un rôle" mais se moquait d'eux. "Si tu passes à l'action demain, tu seras des nôtres", écrivait-il notamment à l'un de ses correspondants, avant de lui proposer peu après de lui vendre une bombe nucléaire.

Youssef avait aussi suggéré à son interlocuteur de passer à l'acte "le 31 février", date qui n'existe pas, a-t-il souligné pour tenter de convaincre le tribunal de sa moquerie.

Son correspondant, souffrant de troubles psychologiques, n'a pas été poursuivi à ce stade, aucun projet précis n'ayant été mis en évidence.

Youssef a également été condamné pour consultation habituelle de sites internet faisant l'apologie ou incitant au terrorisme, un nouveau délit intégré au code pénal français en juillet.

Lui est notamment reproché de s'être abonné à la chaîne Telegram du groupe jihadiste Etat islamique (EI) et d'avoir téléchargé des vidéos de propagande. Il s'est défendu en expliquant que leur téléchargement se faisait automatiquement.

spe/thm/blb/abk