DIVERTISSEMENT
30/09/2016 10:37 EDT

Les films à l'affiche dès le 30 septembre 2016 (PHOTOS)

Brand New Images via Getty Images
Group of people wearing 3D glasses at the movies

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Galerie photo Films de la semaine Voyez les images

Arile et Matanda

Canada. 2015. 90 min.

Documentaire de Anjali Nayar.

À l'adolescence, Julius Arile et Robert Matanda sont embrigadés par des guerriers pilleurs, qui volent le bétail des paysans kenyans à la pointe du fusil. Mais leur destin de hors-la-loi change de direction lorsque leur pays implante un programme offrant l'amnistie et une paire de chaussures de course aux hommes de leur condition, en échange de leur arme. Arile, déjà réputé comme un coureur agile et rapide, se laisse facilement convaincre de troquer sa vie de guerrier contre celle de futur marathonien, et se retrouve aussitôt pris en charge dans un camp d'élite. Son ami Maranda, qui a des morts sur la conscience, se fait prier, mais cède finalement à l'appel. Rapidement toutefois, il renonce à la course pour tenter sa chance en politique active. Pendant ce temps, Arile participe à diverses compétitions internationales. Mais le podium qu'il vise, dans le but de pouvoir rapporter de l'argent à sa famille, n'est toujours pas à sa portée.

L'approche humaine et généreuse de ce sujet en or fait oublier la structure un peu relâchée et le dénouement mi-figue mi-raisin de ce documentaire sur l'échec et la résilience. Avec un sens du suspense, la cinéaste brosse en parallèle deux portraits saisissants, mais aussi moralement ambigus, qui révèlent un visage injustement méconnu de l'Afrique.

The Beatles: Eight Days a Week - The Touring Years

États-Unis. 2016. 120 min.

Documentaire de Ron Howard.

Regard sur les premières années des Beatles, de 1962 à 1966, alors que le groupe de rock'n'roll enchaînait les épuisantes tournées à travers la planète.

Crise à Deepwater Horizon

États-Unis. 2016. 107 min.

Drame de Peter Berg avec Mark Wahlberg, Kurt Russell, Gina Rodriguez, John Malkovich, Ethan Suplee, Dylan O'Brien, Kate Hudson.

20 avril 2010, golfe du Mexique. Malgré les réticences des membres de l'équipe de Jimmy Harrell, chef de la sécurité sur la plateforme Deepwater Horizon, Donald Vidrine, ingénieur de la pétrolière BP, obtient de procéder à un test de pression, en vue d'un forage selon lui trop longtemps reporté. Or, l'opération provoque une gigantesque explosion, suivie d'un incendie incontrôlable. Gravement blessé, Jimmy est secouru par son chef technicien Mike Williams, qui parvient également à sauver d'autres collègues lors de l'évacuation périlleuse de la plateforme, supervisée par la jeune Andrea Fleytas. Onze travailleurs périront néanmoins dans cette catastrophe, qui causera une marée noire d'une ampleur inégalée.

Après une première partie bavarde, au jargon technique ardu, Peter Berg (FRIDAY NIGHT LIGHTS) plonge le spectateur dans une expérience immersive intense et éprouvante, au cours de cette évocation à échelle humaine d'un drame récent, réalisée de manière spectaculaire et interprétée avec vigueur et conviction.

Écartée

Canada. 2016. 80 min.

Drame de moeurs de Lawrence Côté-Collins avec Marjolaine Beauchamp, Whitney Lafleur, Ronald Cyr.

Pour les fins d'un documentaire sur les écueils de la réinsertion sociale, Anik s'installe dans la maison de Scott, un ex-détenu vivant de l'aide sociale au bord d'une autoroute en Abitibi. Mais très vite, la cinéaste débutante porte son attention sur Jessie, la conjointe allumée et pimpante du quinquagénaire. Au point où elle pose des petites caméras dans la chambre de la jeune femme et dans la salle de bain, pour pouvoir la filmer à son insu. Et afin de donner le change à Scott, qui commence à se douter de quelque chose, Anik continue à l'interroger sur ses préoccupations et ses loisirs, lui qui passe de grandes heures à compléter des casse-tête en trois dimensions, une passion qui fait écho à celle de Jessie pour les dauphins.

La méthode minimaliste du mouvement Kino rencontre l'univers de Robert Morin (LE JOURNAL D'UN COOPÉRANT) dans ce premier long métrage de Lawrence Côté-Collins ("Crudités"), efficace faux documentaire à la fois tendre et pervers, aux préoccupations résolument féminines et à l'humour irrésistible, défendu de manière naturelle par les trois interprètes.

Les grands génies

États-Unis. 2015. 94 min.

Comédie policière de Jared Hess avec Zach Galifianakis, Kristen Wiig, Owen Wilson, Jason Sudeikis, Leslie Jones, Kate McKinnon, Mary Elizabeth Ellis, Ken Marino.

Bien qu'il soit sur le point de se marier, David Scott Ghantt, chauffeur de camion blindé, ne peut s'empêcher d'avoir des sentiments pour son ex-collègue de travail, Kelly. Quand elle l'approche afin de lui proposer de cambrioler son employeur, David se laisse convaincre, croyant qu'elle l'aime et souhaite finir sa vie avec lui. Ce que le chauffeur ignore, c'est qu'il n'est qu'un pion dans le plan de Steve Chambers, un ami de Kelly qui souhaite s'approprier le magot tout en le laissant accomplir le sale boulot. En dépit de maladresses nombreuses, David réussit à voler pour plus de 17 millions de dollars. Mais alors qu'il est envoyé au Mexique pour se mettre au vert, le naïf chauffeur se retrouve dans le collimateur du F.B.I.

Pigeant à la fois dans l'humour noir des frères Coen et la comédie potache des Farrelly, MASTERMINDS cherche sa vraie identité. Pire, il n'arrive pas à faire vraiment rire tant son registre vulgaire sous-exploite une prémisse pourtant prometteuse. Les interprètes possèdent une présence comique indéniable, même s'ils forcent parfois la note.

Un homme de danse

Canada. 2016. 83 min.

Documentaire de Marie Brodeur.

Alors qu'il se prépare à quitter le logement montréalais qu'il habite depuis quarante-sept ans, le danseur à la retraite Vincent Warren remonte le fil de sa carrière. Né en Floride, au sein d'une famille de quatorze enfants, Warren a fait ses premiers pas artistiques dans des tournées foraines et sur les scènes de New York. La fin tragique de son histoire d'amour avec le poète Frank O'Hara l'a conduit à s'installer de façon définitive à Montréal, où il est devenu premier danseur au sein de la troupe des Grands Ballets canadiens, sous la direction de Ludmilla Chiriaeff. Au nombre des rencontres marquantes qui ont jalonné la vie de l'immortelle tête d'affiche de "Carmina Burana" et "Tommy", mentionnons le compositeur Igor Stravinsky et le cinéaste d'animation Norman McLaren.

Marie Brodeur porte bien son nom. Son film, qui échappe aux modèles du documentaire biographique traditionnel, est au contraire une oeuvre de broderie, qui fait se superposer le passé et le présent, se répondre l'individuel et le collectif, se lier d'un même souffle des témoignages récoltés à des instants différents, sans trace d'effort.

Miss Peregrine et les enfants particuliers

États-Unis. 2016. 127 min.

Drame fantastique de Tim Burton avec Asa Butterfield, Eva Green, Ella Purnell, Finlay MacMillan, Allison Janney, Judi Dench, Samuel L. Jackson, Terence Stamp, Rupert Everett, Kim Dickens.

Enfant, Jake adorait les histoires fantastiques que son grand-père Abe lui racontait à propos d'une maison tenue par une gouvernante aux pouvoirs magiques, Miss Peregrine. Y ayant lui-même séjourné, Abe a bien connu les enfants aux dons spéciaux qu'elle gardait près d'elle, dont Emma, plus légère que le vent, et Enoch, le garçon invisible. Parvenu à l'adolescence, Jake attribue les récits du vieillard à une démence sénile. Mais l'assassinat de ce dernier par une créature dévoreuse d'yeux le fait changer d'avis. Guidé par les indices laissés par le défunt, l'adolescent découvre au pays de Galles un passage vers la maison de Miss Peregrine, où le temps s'est arrêté en 1943, juste avant que les bombes des avions allemands ne l'anéantissent. La gouvernante, Emma, Enoch et les autres enfants sont heureux de rencontrer le petit-fils d'Abe. Tous tenteront de lui faire comprendre qu'il a lui-même un don et qu'il devra les protéger du maléfique Barron et de ses complices, les Faucheurs, qui se nourrissent d'yeux d'enfants doués afin de préserver leur apparence humaine.

Tim Burton se serait-il assagi? La question se pose devant cette adaptation soignée mais un peu lisse du roman fantastique de Ransom Riggs. Car outre une esthétique joliment gothique à la SLEEPY HOLLOW, cette nouvelle exploration du thème de la marginalité apparaît économe en délires visuels. Par son autorité naturelle, Eva Green domine aisément la distribution.

Un petit boulot

France. 2016. 100 min.

Comédie policière de Pascal Chaumeil avec Romain Duris, Michel Blanc, Alice Belaïdi, Gustave Kervern, Alex Lutz, Kevin Van Doorslaer.

Dans une petite ville industrielle rendue moribonde par la fermeture de l'usine, Jacques, ouvrier au chômage, tente de joindre les deux bouts. Mais deux ans après sa mise à pied, sa petite amie l'a quitté, ses avoirs ont presque tous été liquidés et il cumule une lourde dette de jeu auprès de Gardot, le petit parrain local. Lorsque ce dernier lui offre de tuer son épouse infidèle en échange d'une forte somme, Jacques dit oui. Par défi autant que par nécessité. Le coup réussit si bien que le jeune homme s'enhardit. Harcelé et humilié par un dirigeant de la chaîne de stations-service où son meilleur ami lui a procuré un travail mal payé, Jacques lui fait la peau, avec le même révolver ayant servi à tuer la femme de Gardot. La perfection de ce second meurtre dénote un talent certain. Jacques aurait-il trouvé sa vocation? Gardot le croit et entend bien en tirer profit.

Cet opus posthume du réalisateur de L'ARNACOEUR restera sans doute dans les mémoires comme son plus grinçant. Tiré d'un roman noir, le film brosse le portrait d'un homme qui trouve sa place dans le monde grâce au meurtre. Outre quelques invraisemblances, le scénario de Michel Blanc (GROSSE FATIGUE) fait de la musique avec les mots. Pascal Chaumeil bat la mesure, simplement.

Queen of Katwe

États-Unis. 2016. 124 min.

Drame biographique de Mira Nair avec Madina Nalwanga, David Oyelowo, Lupita Nyong'o, Martin Kabenza, Taryn Kyaze.

Ouganda, 2007. Dans le village rural de Katwe, Phiona Mutesi, dix ans, vend des épis de maïs aux passants, se résignant à une vie misérable comme celle de sa mère, qui élève seule ses cinq enfants depuis le départ de son mari. Mais l'horizon de la jeune fille s'élargit quand elle se découvre un talent prodigieux pour le jeu d'échecs. Encouragée par son instructeur Robert Katende, Phiona surmonte ses craintes et participe à un tournoi local, puis à un championnat national. Mais comme sa mère le craignait, le succès de la jeune fille lui monte à la tête. Robert met alors tous ses efforts pour la raisonner et la préparer en vue d'un tournoi mondial à Moscou.

Produite par les studios Disney, cette évocation du destin inspirant de Phiona Mutesi repose sur une formule classique mais efficace. Mira Nair (SALAM BOMBAY, THE RELUCTANT FONDAMENTALIST) pose un regard affectueux sur ses attachants personnages, tous campés avec conviction, et exploite de manière expressive et réaliste les décors africains.

Waseskun

Canada. 2016. 81 min.

Documentaire de Steve Patry.

Des détenus autochtones tentent d'exorciser les démons qui les ont poussés sur la voie de la criminalité, alors qu'ils purgent les derniers mois de leur peine dans un centre de guérison dont l'approche thérapeutique respecte leur culture et leur spiritualité.

Après les affres de la réinsertion sociale dans DE PRISONS EN PRISONS, Steve Patry nous donne à voir l'âme meurtrie de détenus membres d'une nation surreprésentée dans les prisons canadiennes. S'il gomme tout signe de tension entre ces derniers, son approche discrète et attentionnée donne à entendre des témoignages naturels et touchants.

À VOIR AUSSI: