NOUVELLES
29/09/2016 22:38 EDT | Actualisé 30/09/2017 01:12 EDT

Face à la grogne, Séoul change de site pour le bouclier antimissile américain

Séoul a cédé vendredi à la pression des riverains du site choisi pour accueillir le bouclier antimissile américain censé protéger le pays de la menace nord-coréenne en annonçant que ce dispositif serait déployé 18 kilomètres plus loin.

La Corée du Sud et les Etats-Unis avaient annoncé en juillet le déploiement du système avancé antimissiles THAAD (Terminal High Altitude Area Defence), au moment où Pyongyang multipliait les essais de missiles.

Cette décision a été condamnée par la Corée du Nord et a ouvert une crise entre Séoul et Pékin, qui considère le déploiement de ce système ultrasophistiqué comme une démonstration de force des Etats-Unis visant à réduire ses propres capacités militaires.

Mais l'annonce du projet a également suscité une vive réaction d'une partie de la population sud-coréenne, en particulier des personnes habitant près de la base aérienne du comté de Seongju, à 275 kilomètres au sud-est de Séoul, où la batterie THAAD devait être installée.

Les riverains dénonçaient les risques sanitaires et environnementaux posés par les puissants radars du bouclier. Ils affirmaient en outre que sa présence faisait potentiellement de leur zone une cible prioritaire du régime nord-coréen.

Vendredi, le ministère sud-coréen de la Défense a annoncé que le THAAD serait finalement déployé à 18 km au nord de la base aérienne, sur un golf appartenant au géant de la distribution Lotte Group.

Le ministère a vanté l'isolement du nouveau terrain, qui se situe en outre à une altitude plus élevée.

Mais les riverains du golf ont à leur tour commencé à se mobiliser, depuis que la rumeur d'un changement de site a commencé à enfler il y a quelques semaines.

Des adeptes du Bouddhisme Won, un courant bouddhiste local, se sont également mobilisés, le nouveau site prévu pour le THAAD se trouvant à trois kilomètres de leur sanctuaire le plus important.

Mercredi, un millier d'entre eux ont participé à une séance collective de prières en plein air, près du sanctuaire, pour dénoncer le projet de déploiement.

Certains parlementaires s'opposent également au THAAD, bien que la présidente Park Geun-Hye le présente comme crucial pour la défense nationale.

L'annonce du déploiement n'a pas freiné les ardeurs de la Corée du Nord, qui a poursuivi depuis ses essais de missiles, y compris depuis un sous-marin, et procédé au début du mois à son cinquième essai nucléaire.

ckp/gh/jac/ia