NOUVELLES
30/09/2016 11:40 EDT | Actualisé 01/10/2017 01:12 EDT

Cachemire: le Pakistan demande à Ban d'agir pour apaiser la tension

Le Pakistan a demandé vendredi au secrétaire général de l'ONU de s'entremettre pour faire baisser la tension grandissante avec l'Inde à propos du territoire disputé du Cachemire.

"Je lui ai dit que le moment était venu d'une intervention audacieuse de sa part afin d'éviter une crise", a déclaré à l'AFP l'ambassadrice pakistanaise à l'ONU Maleeha Lodhi après avoir été reçue par M. Ban. "Nous vivons un moment dangereux pour la région".

Elle a accusé l'Inde de "créer les conditions d'une menace pour la paix et la sécurité régionale et internationale".

M. Ban, a-t-elle ajouté, a "réitéré ses offres de bons offices" entre les deux voisins, qui se sont déjà livrés trois guerres dont deux à propos du Cachemire.

L'ambassadrice a suggéré que M. Ban "avance" les dates d'une visite qu'il projette d'effectuer en Inde et au Pakistan en novembre afin de tenter d'apaiser la crise.

Les observateurs militaires que l'ONU a déployés à la frontière entre les deux pays pour surveiller le cessez-le-feu devraient aussi se montrer plus actifs, a-t-elle estimé.

Mme Lodhi a aussi indiqué avoir rencontré le président en exercice du Conseil de sécurité, l'ambassadeur néo-zélandais Gerard van Bohemen, pour lui rappeler "les obligations de longue date du Conseil" de régler le dossier du Cachemire.

"C'est un moment de vérité pour l'ONU", a-t-elle ajouté. "Une crise entre deux voisins puissances nucléaires est ce qu'il y a de plus dangereux".

Le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric a indiqué que M. Ban "suivait la situation avec une grande préoccupation" et qu'il accueillerait favorablement "toute initiative de nature à apaiser la tension".

Les observateurs sur place, membres du Groupe d'observateurs militaires des Nations unies pour l'Inde et le Pakistan, "sont au courant des informations sur des violations présumées du cessez-le-feu" et ont contacté les deux camps à ce sujet, a rapporté M. Dujarric.

Mais ils "n'ont pas directement observé de tirs à travers la ligne de contrôle" entre les deux pays, a-t-il affirmé.

L'Inde a conduit jeudi des frappes le long de la frontière de facto avec le Pakistan au Cachemire, Islamabad dénonçant "une agression" qui a coûté la vie à au moins deux de ses soldats.

Cette opération militaire intervient une dizaine de jours après l'attaque d'une base indienne au Cachemire où 18 soldats avaient trouvé la mort, la plus meurtrière dans la région depuis plus d'une décennie.

L'Inde évacuait vendredi des milliers d'habitants des villages frontaliers par crainte de représailles.

Les deux pays s'étaient livrés à une passe d'armes la semaine dernière à l'Assemblée générale de l'ONU. La ministre indienne des Affaires étrangères Sushma Swaraj avait accusé le Pakistan d'alimenter le "terrorisme" au Cachemire tandis que le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif affirmait que New Delhi faisait obstacle à la paix.

avz/are